BANNIERE
Meme le sage côtoie le vice (S - Solo)

Partagez | .
 

 Meme le sage côtoie le vice (S - Solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Épéiste de la Brume

avatar
Épéiste de la Brume


Messages : 89
Date d'inscription : 07/04/2014


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
139/1000  (139/1000)
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Meme le sage côtoie le vice (S - Solo)   Mar 12 Mai - 14:59

Vous, fervents combattants de Kiri n'êtes sûrement pas au courant de ce qu'il se passe dans les laboratoires de votre pays, ni même dans ceux de l'Alliance. Il avait été convenu que les innovations technologiques importantes seraient partagées entre les nations, cependant chaque pays trompe cette règle secrètement. Tout est une question de pouvoir comme d'habitude. Il arrive parfois, comme c'est le cas aujourd'hui, que des espions tentent de s'infiltrer dans les laboratoires pour y dérober des documents. Un des laboratoires de Kiri à été fouillé et certains plans ont été volés. Le voleur c'est enfuit sans que l'on puisse le rattraper. Ce dernier nous a dérobé des informations essentielles et confidentielles à la réalisation d'un projet. Votre devoir sera non seulement d'arrêter cet individu mais de retrouver ses commenditaires, les arrêter et les ramener à Kiri. Il n'est qu'un larbin, nous nous intéressons à la concurrence. Soyez discret nous ne voulons pas mettre à mal l'Alliance ces informations relèvent de la sphère publique une seule information qui s'échappe et nous aurons des explications à rendre à l'Alliance.
____________________________

Cette fois-ci, ce fut une convocation que l’épéiste de Kiri reçut et non un oisillon exécutant les ordres des fauconniers. Un homme était venu le voir pour lui remettre une convocation du conseil qui donne les ordres de mission. Quelques heures plus tard, il y était, à l’heure convenue, sur le lieu convenue. Étrangement, il ne s’agissait pas de la salle habituelle où se trouvait constamment une bonne douzaine de shinobis en quête de travail. Là, ils avaient tous rendez-vous à l’académie, dans une pièce qu’aucun professeur n’utilisait. En rentrant dans la salle, sans aucun bruit comme à son habitude, il n’attira aucunement l’attention jusqu’à ce qu’il s’avance vers les cinq personnes se trouvant dans la salle. C’est à ce moment-là qu’ils prirent la parole, prétextant une mission « secrète » qu’il ne devait dévoiler à personne. Une mission secrète ? C’était donc la raison de la présence du conseil dans une salle de l’académie plutôt que dans le palais. Kiri avait donc du souci à se faire. Et à entendre l’ordre de mission, c’était le cas, comme quoi, même les grandes nations avaient les mains sales. Mais concentrons-nous plutôt sur l’ordre de mission.

C’était une sorte de concurrence entre les laboratoires des grandes nations, passant parfois outre les accords passés entre elles après la grande guerre shinobis. Kiri avait donc voulu dépasser les autres puissances, mais un espion adverse s’étant introduit dans le laboratoire venait de voler de précieuses informations avant de quitter brutalement le laboratoire. D’ici, Fû pouvait déjà deviner qu’une fois de plus, il avait été appelé pour faire le sale boulot, pour se salir les mains. Kiri voulait que sa réputation demeure intacte et pour cela, ils enverraient un chien fidèle et n’ayant pas peur de tuer pour la bonne ou mauvaise raison. Il imaginait sans mal que son rôle consisterait à retrouver ce voleur avant qu’il n’arrive aux grandes nations, de l’éliminer ou de le ramener à Kiri tout en récupérant les informations volées au laboratoire de Kiri concernant les innovations technologiques. Et ce fut effectivement le cas, à part l’ajout d’une traque des commanditaires de ce voleur. Fû devait arrêter toutes ces personnes et les ramener de force à la brume pour une sorte d’interrogatoire. D’un côté, c’était assez plaisant d’être celui sur lequel on compte pour faire le sale boulot, car l’on gagne plus rapidement la confiance des autorités. Ils savent que ce qui doit être fait sera fait et qu’importent les conséquences du « travail ».

Sans même répondre au conseil, il se saisit de l’ordre ainsi que des informations sur le voleur, dont un bout de tissu provenant de sa manche qu’il s’était déchiré en partant, avant de lui-même quitter l’académie pour se mettre directement en route. Pour ce genre de missions, il n’avait d’autre choix que de se dépêcher, c’était une course contre la montre. Usant de son chakra sur la paume de ses pieds, il augmenta la rapidité de ses déplacements. De plus, il fit en sorte, vu que c’était une mission « secrète » de ne pas passer par la porte principale pour sortir, mais plutôt par un endroit sombre que très peu de gens connaissaient ou fréquentaient. Pour débuter cette mission, il avait deux choix qui s’offraient à lui. Le premier était de se rendre au laboratoire où s’était introduit le voleur pour avoir de plus amples informations sur cette personne et de ce qu’il avait volé sur place, mais malheureusement, s’il faisait ça, il offrait du temps à l’homme pour s’échapper du territoire de Mizu no kuni. Il lui restait donc la deuxième option : se rendre directement sur la trajectoire calculée de l’homme pour l’intercepter.

De là, le détenteur de Nuibari analyserait la situation afin de le retrouver. Deux options s’offriraient alors à lui. La première serait de le laisser rejoindre ses commanditaires en le prenant en filature et d’éliminer tout le monde une fois qu’ils seraient tous ensemble. Cependant, avec cette première option, il risquait de voir le voleur s’échapper avec les plans volés au laboratoire pendant que Fû serait occupé à assassiner les commanditaires. La deuxième option était de le capturer directement, de récupérer les plans volés et de le torturer pour connaître ses commanditaires ainsi que leur emplacement précis. Mais il risquait de révéler de fausses informations qui le conduiraient directement dans un piège, alors là, non seulement il serait tué, mais les plans seraient tout de même dérobés. Difficile choix, mais il saurait lequel faire selon la situation. Mais une chose était certaine, cette mission vaudrait son rang S et la grosse bourse de ryôs une fois accomplie.



Dernière édition par Fû le Mer 13 Mai - 16:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Épéiste de la Brume

avatar
Épéiste de la Brume


Messages : 89
Date d'inscription : 07/04/2014


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
139/1000  (139/1000)
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Meme le sage côtoie le vice (S - Solo)   Mar 12 Mai - 16:01

Quelques heures plus tard, sur la piste du voleur, le détenteur de Nuibari mit tous ses sens en alertes. De plus, grâce à ses capacités de senseurs, il put détecter la source du chakra du voleur. D’après le rapport, celui-ci était un ninjas, et un bon, vu qu’il avait défait à lui seul la sécurité des laboratoires. Il n’y avait dans les laboratoires que deux ou trois chûnins de garde, mais quand même. A trois contre un, s’il le solitaire gagnait, c’était qu’il devait faire un poids assez conséquence, shinobistiquement parlant. Il fallait donc prendre un maximum de précautions avant de l’approcher. Déjà, une attaque frontale serait à éviter, absolument, car les trois chûnins étant à l’hôpital, ils n’avaient pût révéler aucune informations sur le style de combat de l’homme. Si par exemple, il s’agissait d’un expert en genjutsu, l’épéiste ne donnait pas chère de sa peau, car lui et le genjutsu, ce n’était pas une grande histoire d’amour.

Mais alors que le temps passait, Fû décela soudainement une once de chakra qui correspondait avec celui du voleur. Il changea brutalement de direction, plus à l’Ouest. L’homme courrait avec hâte, il était seul, et il se dirigeait vers la plus proche falaise de l’île principale. Il désirait très certainement quitter l’archipel au plus vite avant de se faire prendre. Le jumeau cachait au mieux l’aura de son chakra tout en accélérant le rythme. Puis la nuit tomba, l’homme semblait s’être arrêté, mais son chakra continuait de se malaxer avec une grande intensité. Il devait se préparer à dormir un peu, mais il était très certainement en train de poser des pièges. Se rapprochant peu à peu, caché dans l’épaisse forêt brumeuse de Mizu no kuni, il le guettait. Il inspectait les moindres recoins, à la recherche des différents pièges qu’il avait dû poser. Il vit une trappe dissimulée à la va vite, un fil tendu sur le côté. Un piège double. En plus d’être un excellent combattant, il était aussi un fin stratège, il devrait faire très attention avant de lancer son assaut. Cependant, l’homme ne semblait pas l’avoir encore remarqué, il n’était donc pas senseur, ou peut-être se jouait-il de lui. Il n’y avait qu’une seule façon de le savoir.

S’écartant sans bruit, l’aiguille effectua un clone de lui-même. Un Kage Bunshin pour être plus précis, donc un clone assez consistant qui ne disparaissait pas forcément au choc, mais selon son intensité. Il lui fit prendre une autre apparence, celle d’une femme shinobis qui se mit à marcher en direction de son camp. Elle faisait du bruit dans le feuillage, exprès, afin d’attirer l’attention. Fû vit que l’homme avait vu la femme et installa un fil de Nuibari avant de se diriger dans la direction opposée. La femme bunshin évita la trappe et se prit le pied dans le fil. Soudainement, un immense tronc d’arbre sortit de nul part, accroché à des fils vint percuter la femme bunshin qui poussa un cri strident avant de tomber sur le sol. L’homme, sans chercher à comprendre, prit peur et se mit à courir dans la direction opposée lorsque Fû fit bouger le fil accroché à une branche. L’objectif était là de l’effrayer pour qu’il se lance directement dans les bras de Fû. Et c’est ce qui se passa.

Ø Bonjour, voleur.

Dit-il en le croisant tout en sortant l’aiguille de son fourreau. Un coup sec et rapide que l’homme cru esquiver. Puis il tomba soudainement à la renverse, avec une grande douleur au genou. Cette technique se nommait l’entrave osseuse. Elle permettait à Fû de placer un fil parcouru de chakra dans l’articulation du point touché par Nuibari. Un sacré mélange de Kenjutsu et d’Iroujutsu. Une technique mise au point par Fû lui-même. L’homme s’croula en libérant une plainte roque, mais à cet instant, ce qui arriva n’était pas prévu. Relâchant bêtement sa vigilance, il ne vit pas la grande motte de terre se diriger vers lui. Au dernier instant in concentra du chakra Raiton dans son bras pour réduire l’impact en profitant de la supériorité élémentaire, mais ce fut trop tard. Prise de plein fouet, il décolla de quelques mètres avant de terminer dans un buisson. Trois hommes totalement masqués venaient d’intervenir pour sauver le voleur. Des hommes portant un voile noir recouvrant totalement leur visage.

Se redressant rapidement, il vit que deux des hommes prirent le voleur sous le bras avant de partir alors qu’un, celui qui venait de lui lancer la motte de terre restait stoïque. Devant lui. Fû comprit soudainement que ces trois hommes étaient une escorte et que l’homme debout face à lui n’avait comme rôle que de gagner du temps pour permettre aux trois autres de quitter l’archipel. Mais il n’en serait rien. Nuibari en main, il attaqua au Kenjutsu alors que l’homme transforma ses deux avant bras en faux de terre. Un expert en nintaijutsu donc. Un combat de haute volée se préparait. Pendant de nombreuses minutes, les deux hommes échangèrent au kenjutsu sans que l’une ne puisse se départager. Aucun coup bas, aucun coup donné au hasard. Du kenjutsu de haute volée. Mais alors qu’ils s’éloignèrent, Fû composa une série de mudras tout en attrapant les fils qui sortaient de Nuibari. Concentrant du chakra à l’intérieur, l’homme pût voir qu’une centaine de fils étaient accrochés à ses bras de pierre. Il n’eut pas le temps de réagir qu’il fut attiré soudainement vers Fû. Effectuant une technique Raiton, un dragon constitué entièrement de foudre se forma en se dirigeant vers l’homme. Nuibari fut lancée dans le dragon, le transperçant et transperçant l’homme trop concentré sur le dragon. La foudre vint alors l’électrocuter de toute part, se rependant sur ses plaies et arrêtant ses organes internes. Mort.



Dernière édition par Fû le Mer 13 Mai - 16:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Épéiste de la Brume

avatar
Épéiste de la Brume


Messages : 89
Date d'inscription : 07/04/2014


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
139/1000  (139/1000)
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Meme le sage côtoie le vice (S - Solo)   Mar 12 Mai - 16:34

Continuant sa course, l’épéiste de la brume se maudissait de ne pas avoir pu faire attention et rejetait la faute sur la paix des nations. S’il était resté seul avec son frère comme criminel, il n’aurait jamais ainsi relâché sa vigilance. Mais ce qui est fait est fait, il fallait à présent rattraper les trois hommes rapidement avant qu’ils ne quittent l’île principale. Il venait de rencontrer une escorte envoyée pour aider le voleur et repousser les assaillants de Kiri. C’était clairement une mission suicide s’ils restaient tous les trois derrière les uns après les autres. Le premier homme lui avait fait perdre un temps considérable, et il valait mieux se débarrasser des deux autres de l’escorte d’un seul coup plutôt que de les affronter un à un. Ce serait plus simple certes, mais plus risqué au niveau du timing. Mais comme toujours, le shinobis de la brume avait un plan pour en éliminer au moins un rapidement. Effectuant une métamorphose, il prit l’apparence de l’homme qui venait de mourir.

Quelques longues dizaines de minutes plus tard, ayant rattrapé le groupe, il apparut soudainement et se plaça devant l’escorte sans dire un mot. Cependant, il voyait bien que celui de droite semblait assez surpris de quelque chose. Si c’était un senseur, il verrait la supercherie, il fallait agir. Tirant son épée, il mit un cou en arrière, soudainement, par surprise. Le groupe s’arrêta. Le senseur avant la gorge tranchée alors que l’autre attaqua rapidement de son poing. Fû reprenant son apparence para avec sa lame avant d’administrer, étant face au voleur, un royal coup de pied frontal sur le torse, l’envoyant au sol quelques mètres plus bas. Le senseur était mort la gorge tranchée alors que Fû combattait désormais le dernier des trois. La foudre semblait être son élément. Du coup, l’épéiste contrait avec du Fûton, l’affinité supérieure. Ils combattaient au ninjutsu et au taijutsu. Une fois proche, sur la branche d’un arbre. Un autre coup de pied envoya l’homme valser. Mais tirant sur le fil posé sur le poing de l’adversaire, Fû calcula la trajectoire de l’homme attirer vers le sol par la gravité pour qu’il retombe, coude en avant, sur la branche de l’arbre suivant.

Crac.

Outch, ce devait vraiment faire mal. Son bras était totalement cassé et il hurlait en pendant par la main, essayant de l’autre d’arrêter le sang qui coulait en grande quantité. Se laissant tomber en arrière, accroché lui aussi au fil, il se dirigea (comme Tarzan sur sa liane) en direction de l’homme avant d’effectuer un simple coup d’estoc. Retombant sur le sol, sur ses pieds, il sentit alors le corps lourd de l’homme tomber en premier, puis sa tête en deuxième. La stratégie de l’aiguille avait porté ses fruits, il n’était pas mécontent de la manœuvre. Deux morts avec une dépense infime de chakra. Comme quoi, avoir une grande réserve de chakra était un plus, mais n’était pas indice de victoire. Son visage sans expression tourna ensuite vers l’homme qui tentait de ramper. Il voyait bien son heure arriver. Il rampait de toutes ses forces, mais cela n’était pas suffisant. En arrivant à sa hauteur, Fû leva haut sa jambe avant de la rabattre sur la rotule intacte du voleur.

Crac.

Sa jambe droite était inutilisable et sa jambe gauche totalement cassée. Il était au moins certain que cette fois-ci, le voleur ne lui ferait pas faux bond. Mais soudainement, l’aiguille se mit à cracher une grande quantité de temps. La technique Dôton qu’il s’était prise avait fait pas mal de dégâts, et i n’avait pas encore eut le temps de se soigner. Additionné au malaxage de chakra, l’intense combat physique, son corps ne supportait et ne supporterait pas longtemps dans ces conditions. Cependant, il avait encore pas mal de travail devant lui. Il effectua un grand coup de pied sur l’arrière de la tête du voleur pour l’assommer avant de le ligoter, le bâillonner et de l’emmener dans une grotte, sur les falaises de la brume. La particularité était que personne ne viendrait le chercher dans cette grotte, car en marrée haute, elle était masquée par l’eau montante. Il l’attacha solidement à un roc avant de malaxer de nouveau son chakra. Une lueur verdâtre sortit de ses mains avant qu’il ne se l’applique sur tout le corps. Encore quelques combats comme ceux-là aujourd’hui et il aurait rendu l’âme. Il s’installa ensuite pour dormir. Demain, les choses reprendraient. Atrocité sur atrocité, rien ne l’arrêterait. Après tout, il était l’agent devant effectuer le sale boulot de la brume.



Dernière édition par Fû le Mer 13 Mai - 16:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Épéiste de la Brume

avatar
Épéiste de la Brume


Messages : 89
Date d'inscription : 07/04/2014


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
139/1000  (139/1000)
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Meme le sage côtoie le vice (S - Solo)   Mar 12 Mai - 17:05

Une plainte sourde, une gerbe de sang, un halètement morbide, un craquage léger. Tels étaient les sons qui résonnaient à l’intérieur de la grotte. Fû était en train d’effectuer un interrogatoire par la force. Grâce aux fils de Nuibari, il avait effectué une toile semblable à celle d’une araignée avec en son centre, ne touchant pas le sol, le sol, correctement attaché. Il ressemblait à un guide dans une certaine religion ecclésiastique. Cependant, lui n’avait rien d’un sauveur, c’était un simple voleur, sans foi et sans honneur. Mais il ne voulait pas cracher le morceau, il ne voulait rien révéler. Pour le moment Fû y allait tranquillement, écrasant simplement ses phalanges sur le visage meurtri de l’homme qui ne répondait que par des gloussements nerveux et des crachats de gerbes de sang. Une nouvelle fois, l’épéiste brandit son poing avant de l’abattre violement sur la mâchoire de l’homme qui étouffa une plainte sourde. Un coup de la gauche, un coup de la droite, encore, encore et encore, ne prononçant pour le moment pas un mot. Il frappait tellement et avec tellement de force que toutes les phalanges de Fû étaient en sang. Il cessa.

Ø Une seule question pour une seule réponse : où sont tes commanditaires ?

Une voix fourbe, froide, suave, qui n’aspirait que la crainte. Et détrompez-vous, Fû ne le faisait nullement exprès, il se contentait d’être lui-même. Il laissa quelques minutes de silence, où l’on entendaient que les gouttes d’eau tomber sur le sol et résonner dans toute la grotte. L’homme répondit. « Ils sont.. » Mais avant même qu’il ne puisse donner sa réponse, les phalanges de Fû se heurtèrent une nouvelle fois, avec une grande puissance, à la tempe gauche du voleur qui une nouvelle fois se mit à geindre de douleur, ne comprenant certainement pas pourquoi il ne l’avait pas laissé répondre. L’épéiste vit un mélange de sang et de salive tomber par grosses gouttes de la bouche du voleur. La plupart de ses dents étaient en miettes, son visage était extrêmement boursouflé. Si bien qu’il mettrait une bonne dizaine de mois à s’en remettre totalement. Puis dans les yeux de son détracteur, l’homme put voir qu’il ne sortirait pas d’ici vivant. Pourquoi donnerait-il donc les réponses vu qu’il allait de toute façon mourir ici, accroché à cette toile ? Tout simplement parce qu’il voyait bien que Fû le ferait souffrir aussi longtemps qu’il resterait muet.

Ø Uniquement le vérité. Dit-il avant de la laisser répondre.
Ø Ils sont tous sur la dernière île à l’Ouest.

D’après l’homme, ils seraient donc sur la dernière île à l’Ouest. Ses paroles voulaient dire qu’ils seraient plusieurs. Et selon toute vraisemblance, s’ils avaient accordé une escorte à un simple voleur, il y avait fort à parier que leur escorte serait au minimum la triple de la sienne. Il venait donc d’avoir, dans la douleur, l’information principale qu’il désirait. Cependant, et afin de commencer à avoir une bribe d’information supplémentaire, il revint vers le voleur et attrapa un kunai de sa manche. Il posa la lame sur la rotule inutilisable du voleur avant d’enfoncer doucement le tranchant. Le douleur était horrible, mais supportable. Fû le savait, après tout, il était médecin. Mais une fois l’os atteint : un cri digne des plus grandes scènes d’épouvante sortit de la gorge de l’homme. Pourquoi une torture aussi dure et inutile ? L’homme était prêt à tout lui révéler, alors pourquoi ? Car une torture physique avait ses limites, pas la torture mentale. Il laissa le soin de lui faire croire qu’en donnant des bonnes réponses il serait tranquille, mais en recommençant, il annihile tout espoir en la personne, ainsi que tout désir d’une résistance quelconque.

Ø Nouvelle question, même principe : Qui sont-ils ?

L’homme était à deux doigts de sombrer dans l’inconscience, mais la peur le maintenait. Son regard venait soudainement de s’assombrir, il était en train de réaliser qu’il trahissait les siens pour sa propre vie. Et un combat entre la loyauté et la souffrance psychologique se déroulait en cet instant dans son esprit. S’il craquait, il dénonçait ses camarades et risquaient leurs vies. S’il gardait ce secret, il souffrirait et finirait par mourir. L’homme releva alors le visage, avec un regard débordant de détermination. La partie était terminée. Fû avait perdu la manche. Laissant son kunai sur place, il rangea Nuibari dans son fourreau. Il savait bien que l’homme ne dirait plus rien, avec ou sans torture. Il tourna simplement les talons, sans dire un mot, avant de poser sa main sur un parchemin explosif posé sur une paroi de la grotte. Lorsque Fû serait sortit, le parchemin provoquerait une légère explosion. Assez pour faire tomber la paroi qui empêchait l’eau d'envahir la grotte en marrée haute. L’eau commençait à monter. Mort.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Épéiste de la Brume

avatar
Épéiste de la Brume


Messages : 89
Date d'inscription : 07/04/2014


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
139/1000  (139/1000)
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Meme le sage côtoie le vice (S - Solo)   Mar 12 Mai - 17:43

Le défunt voleur n’avait pas mentit, ils étaient bien plusieurs. Et les soupçons de l’épéiste étaient bien fondés. Il y avait là un campement, à l’abri des regards, protégé par une sorte de cloche de chakra violette. Du fuuinjutsu ? Kekkai Genkai ? Une cloche de chakra qui protégeait le camp des émanations de chakra, c’était certainement la raison pour laquelle ni Fû ni aucun autre shinobis de Kiri ne l’avait ressentit. En analysant la situation, il vit que ce dôme était protégé par quatre, non, cinq personnes qui maintenaient perpétuellement du chakra. Pendant quelques heures, Fû resta assis là, sur une branche d’un arbre, en regardant en contre-bas, le campement. Il analysait les personnes présentes, les tantes, le matériel qu’il voyait, mais surtout, les gardes de la cloche. Il y avait quatre personnes aux quatre points cardinaux qui protégeaient et formaient la barrière. Elles étaient aussi protégées par un autre dôme de protection, les entourant totalement. Au centre du campement, un homme qui lui n’était pas protégé émettait aussi du chakra dans un fuuinjutsu posé au sol et semblait prendre la relève dès qu’un des points cardinaux changeait. C’était une protection supplémentaire au cas où l’un venait à lâcher et très certainement le pilier principal de la barrière.. Une technique d’une très grande envergure.

Comment pénétrer à l’intérieur sans se faire prendre ? Assez simple vu la position qu’avait le camp, en contrebas de la falaise, sur un banc de sable. L’épéiste créa un clone consistant avant de descendre lentement, masquant son chakra, sans se faire repérer. Il attendit ensuite que son clone resté sur le falaise fasse le travail qui lui était dû. Composant une série de chakra, il posa ensuite violement les mains paumes sur le sol en rependant son chakra dans le roc. Une grande partie de la roche de l’île se mit à se fendre puis tomba lentement sur le camp. Alarmé par une telle chute de pierre, tous se mirent à courir dans tous les sens alors que les hommes de la barrière tenaient bon. Certaines roches, petites de taille s’écrasèrent sur la barrière sans causer de dégâts, mais lorsque le gros roc tomba sur la barrière, celle-ci se fondit d’un seul coup, continuant sa chute sur le camp. Lorsque la barrière fut brisée, le véritable Fû profita de la cohue pour s’infiltrer dans le camp.

Quelques hommes moururent avec cet écroulement, mais rien qui annonçait la fin de la mission. Ils envoyèrent même quelques shinobis pour vérifier la provenance de cet écroulement. Heureusement, le clone avait déjà disparut. Une partie des hommes étaient morts, d’autres étaient partis, c’était le moment d’agir pour trouver les commanditaires du voleur. Craignant ne pas réussir, Fû avait enterrer les plans récupérés sur l’homme quelque part dans Mizu. Mais le temps n’était pas aux pensées funestes. Il fallait que cette mission soit un succès. Non loin du camp se trouvait un bateau par lequel ils étaient tous arrivés. Ce bateau serait sa porte de sortie. Mais il ne pouvait laisser autant de monde ici. Fort heureusement, les bateaux comme celui-ci possédaient des armes de chakra. Regardant les gens agir à droite à gauche, il remarqua un bandeau sur certaines personnes. Celui de la foudre. Les commanditaires venaient donc de Kumo. De quoi dégrader les relations avec la nation de la foudre.

Laissant les soldats où ils se trouvaient, le détenteur de Nuibari se cachait, attendant la nuit. Puis celle-ci venue, il se mit à nager, sans bruit, jusqu’au bateau. Le camp possédait encore une trentaine de shinobis, le bateau devait en contenir aussi. Même s’il était puissant, il ne pourrait pas tous les vaincre. Il venait donc de se résoudre à utiliser une stratégie bien différente pour la réussite de cette mission. Il allait, sans bruit, kidnapper les commanditaires de ce voleur afin de les ramener aux autorités de Kiri le plus rapidement possible. Elles porteraient alors un jugement et analyseraient la situation mieux que Fû, ou du moins avec plus de diplomatie. Car plus il en apprenait sur cette mission, plus il en comprenait les enjeux. Si cette mission dérapait, il n’y aurait plus qu’une seule issue : la Guerre.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Épéiste de la Brume

avatar
Épéiste de la Brume


Messages : 89
Date d'inscription : 07/04/2014


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
139/1000  (139/1000)
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Meme le sage côtoie le vice (S - Solo)   Mar 12 Mai - 18:08

Totalement trempée, une main sortit de l’eau afin d’agripper le bois du bateau. Une autre main s’en saisit ensuite pour se hisser. L’épéiste avait décidé de passer par l’arrière du bateau. Posé sur un plus grand bout de bois, il s’allonger pendant une bonne dizaine de minutes afin de reprendre des forces de cette longue nage du campement jusqu’au bateau. Sur le chemin il avait eut le temps de réfléchir. Si son kidnapping fonctionnait, il n’aurait pas à éliminer le reste des hommes du camp, car ils ne pourraient porter les soupçons sur le pays de l’eau. Cependant, il était certain que les autorités de Kiri prendraient tout de même des précautions et des dispositions pour parer à toute éventualité. Il ne se faisait pas de soucis là-dessus. Alors que la nuit était apparue depuis déjà quatre heures, il fallait agir maintenant. La plupart des hommes dormaient alors que les gardes somnolaient. L’heure idéale pour agir avec discrétion. Se redressant, il allait partit lorsque soudainement.

Un homme le vit, un homme qui était accroché aux filets du bateau le vit et en ne le reconnaissant pas s’apprêtait à hurler. Une dose d’adrénaline déferla dans les veines de l’épéiste alors qu’il lançait Nuibari contre l’homme. Celui-ci s’apprêtait à hurler lorsque la lame vint transpercer sa gorge, l’empêchant d’émettre le moindre son. Retirant sur la lame, elle revint dans les mains de Fû. L’homme tomba à la renverse. Il ne fallait pas qu’il tombe dans l’eau, car le « plouf » alerterait les autres gardes. Ayant posé un fil sur la gorge, il fit balancer l’homme sans qu’il touche l’eau. Il fit ensuite descendre lentement le fit avec le cadavre vers l’eau. Et le cadavre coulant, il coupa le fil, le laissant nourrir les requins. Pour le coup, il avait vraiment eut chaud. Mais la nuit et l’obscurité était une arme à double tranchant. Il était discret certes, mais lui non plus ne voyait pas grand chose.

Arrivant sur le bateau, il profita de la lumière de celui-ci pour deviner le nombre d’homme qui se trouvait sur le pont. Deux protégeaient les quartiers. Un faisait le guet, deux à l’avant et deux au milieu. Normalement, il pourrait agir en assommant juste les deux gardes. Se précipitant, il sauta, un salto en arrière avant d’atterrir avec un pied sur l’épaule gauche de celui de droite et l’épaule droite de celui de gauche. Un bon coup au cervicale qui si cela ne les tuait pas, les assommerait pendant assez longtemps. Fû accompagna leur chute pour faire le moins de bruit possible avant de pénétrer dans les quartiers principaux. Il y avait deux hommes, l’un dormait paisiblement alors que l’autre lisait, son bouquin droit devant ses yeux, l’empêchant de voir Fû qui venait d’entrer. Marchant lentement, il mit sa main gauche sur le livre, l’abaissa d’un coup avant de mettre un coup de poing dans la gorge de l’homme, l’empêchant de hurler. Un autre coup l’assomma. Il fit ensuite exactement la même chose avec l’autre homme endormit avant de les ligoter et de les bâillonner. Il les chargea sur ses bras. Le poids était allégé par une intense concentration en chakra dans les bras et les jambes. Il repassa ensuite par la porte principale avant d’effectuer un saut pour quitter le navire, prenant appui sur la surface de l’eau.

L’infiltration était réussie. Les commanditaires avaient tous les deux été capturé. Le voleur était mort. En rentrant, il prit soin de brûler les cadavres de l’escorte et de récupérer les plans. Une fois rentrée à Kiri, les autorités rendirent un rapport de l’interrogatoire à l’épéiste. Mission terminée.

Citation :
Hrp : La mission est terminée. J'aimerais si possible un rapport sur l'interrogatoire afin de pouvoir éventuellement continuer cette mission prochainement. Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Juunin d'Iwa - Iryô-Nin

avatar
Juunin d'Iwa - Iryô-Nin


Messages : 242
Date d'inscription : 03/04/2015
Age : 23
Localisation : Laboratoires scientifiques d'Iwa, section médicale


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
90/1000  (90/1000)
Réputation:
10/40  (10/40)

MessageSujet: Re: Meme le sage côtoie le vice (S - Solo)   Mar 26 Mai - 0:21






Attention,

C'est une bonne mission dans l'ensemble, mais tu aurais pu approfondir la première phase de l'enquête pour donner un peu de difficulté à celle-ci. Tu as sans doute un peu trop de facilité à pister ta cible, surtout qu'elle a une avance sur ton personnage.

A part cela... "shinobistiquement" => Quelle horreur, n'utilise plus cela s'il te plait. x)



Positif,

Je valide ta mission, qui est très bien écrite. Je constate que tu as pris le temps de soigner les étapes des périples de ton personnage, en faisant attention à ta maîtrise du français. Les erreurs ne sont pas fréquentes, c'est donc très agréable à la lecture. Avec un vocabulaire plutôt simple, tu nous plonges au coeur de la besogne de Fû. Un fil rouge conducteur rend le scénario cohérent et tu es parvenu à aller au bout des choses de manière intéressante. Tu sais allier l'introspection et la description de l'environnement, comme le prouve ta capacité à décrire les combats de Fû. Les détails ne manquent pas et ils font partie des facteurs qui poussent à connaître la suite à chaque fin de tes posts. Le récit est d'ailleurs bien présenté dans sa mise en page, les paragraphes sont parfaitement bien découpés. On ne se perd à aucun moment du texte, en plus du fait que le ratio dialogues/narration est convenable ! Malgré des petits défauts discrets, la qualité est indéniable, alors j'ai hâte de lire la suite de tes aventures.



Négatif,

Je n'ai pas relevé beaucoup de points négatifs. Tes fautes sont plutôt rares et tiennent plus d'une inattention de ta part. Je t'étale cela plus en profondeur :
" Un homme était venu le voir pour lui remettre une convocation du conseil qui donne les ordres de mission.  " => Ton présent est inadapté avec les temps du passé utilisés dans l'ensemble de ton topic.
"D’un côté, c’était assez plaisant d’être celui sur lequel on compte pour faire le sale boulot, car l’on gagne plus rapidement la confiance des autorités. Ils savent que ce qui doit être fait sera fait et qu’importent les conséquences du « travail ». " => De même pour ces phrases au présent qui font tâches parmi ta narration massivement écrite au passé simple et à l'imparfait.

Sinon, j'ai aussi remarqué certaines maladresses : " une grande quantité de temps" qui est peu correct, ou encore "Après tout, il était l’agent devant effectuer le sale boulot de la brume" dont je ne saisis pas le sens. Une petite dernière ? "Grâce aux fils de Nuibari, il avait effectué une toile semblable à celle d’une araignée avec en son centre, ne touchant pas le sol, le sol, correctement attaché. " qui est sûrement une étourderie de ta part.

Ce ne sont pas des fautes énormes et honnêtement, elles sont discrètes et peu nombreuses par rapport à la quantité d'écriture. La seule chose qu'il te faudra travailler sérieusement, c'est la terminaison du participe passé sur certains verbes.
"il avait eut",  "Il fit ensuite exactement la même chose avec l’autre homme endormit", "le clone avait déjà disparut", "aucun autre shinobis de Kiri ne l’avait ressentit", "Le défunt voleur n’avait pas mentit".
Il n'y a pas de -t au bout dans ces cas-là, surtout après un auxiliaire avoir.

En bref, c'est une bonne mission avec plus de qualités que de défauts. J'hésite entre un 15 et 16 mais par défaut, je préfère te mettre 15 pour que tu puisses avoir encore mieux après !


PE total = ( 4560/1200 )  ( 15) (1* 2) =  114 + 25 Xp de mission = 139pts Xp + 570 RYOS

NB : Pour ton rapport d'interrogatoire, je ne sais pas ce que tu souhaites réellement. Celui qui t'a confié la mission devrait-t-il s'en charger ?

×××××××××××××××


The wise are instructed by reason, average minds by experience, the stupid by necessity and the brute by instinct.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Meme le sage côtoie le vice (S - Solo)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Meme le sage côtoie le vice (S - Solo)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Meme le sage côtoie le vice (S - Solo)
» « Le sage guérit de l'ambition par l'ambition même. » J. de la Bruyère
» Les Conseils d'un Sage
» Démission de la vice présidente de la Chambre de commerce
» Seul et sage pensée!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Genesis :: HORS RPG - DETENTE :: Kiri-