BANNIERE
Rencontre au dessus des ruines - Byakko Ayase

Partagez | .
 

 Rencontre au dessus des ruines - Byakko Ayase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Junnin d'Iwa - Bras droit de Kurotsuchi

avatar
Junnin d'Iwa - Bras droit de Kurotsuchi


Messages : 424
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 18


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
150/1000  (150/1000)
Réputation:
30/40  (30/40)

MessageSujet: Rencontre au dessus des ruines - Byakko Ayase   Jeu 14 Mai - 18:35


   
Rencontre au dessus des ruines

   
AVEC — Hatoma


   


La kunoichi à l'ombrelle avait du se rendre au pays des tourbillons pour apporter des documents de Kurotsuchi au parlement de Shigakure. Le voyage avait été plus que pénible mais elle avait effecuté sa mission dans les temps. Il était maintenant temps pour elle de rentrer à Iwa mais l'appel des bars la retint un peu plus longtemps que prévu au village des ruines. Il en était justement un dans le centre du village qui l'attira plus que les autres. Un bar un peu viellot, très chaleureux. Elle rentra, s'assit au bar et demanda une première bouteille. Le bar était surtout fréquenté par des hommes et les remarques douteuses ne tardèrent pas à fuser. Il fallait dire que l'accoutrement de la juunin avait le don de faire tourner les têtes et l'alcool qui coulait à flot dans les veines de tous ces hommes n'arrangea rien. Ayase était de plus en plus mal à l'aise et décida de sortir finir sa bouteille aux portes du village. Elle marcha un moment et décida de s'installer à un point culminant de l'île. D'ici elle pouvait voir les ruines d'Uzushio et le village en contrebas. Elle avait une vue dégagée sur les terres boisées et la voute céleste qu'elle fixait comme à son habitude.

La juunin s'était tellement laissée porter par ses songes qu'elle en oublia tout autour d'elle. N'importe qui aurait pu l'attaquer sans qu'elle ne puisse répondre ou esquiver. Cependant elle sentait  qu'il y avait quelqu'un d'autre tout proche, elle ne se sentait pas observée mais imaginer que quelqu'un d'autre pouvait être à côté d'elle sans qu'elle ne l'ai remarqué l'a mit tout de suite mal à l'aise. Son regard scruta alors les alentours et finit effectivement par repérer la présence d'une tierce personne. Elle ne savait depuis combien de temps il était là et fût incapable de se replonger totalement dans ses pensées, Shi avait beau être alllié à Iwa, elle ne savait pas ce qu'il pouvait arriver et personne ne serait là pour l'aider en cas de problème. L'obscurité l'empêchait de voir son visage totalement mais la lumière de l'astre lunaire lui dessinait une silhouette musclée et plutôt grande. La kunoichi était frustrée de ne pouvoir en voir plus sur cet homme  tout proche. Puis comme pour calmer cette frustration elle apposa le goulot de sa bouteille sur ses lèvres avant d'avaler une gorgée de sake puis redirigea son regard vers le ciel étoilé du pays des tourbillons.




   

   
(c) MEI

   

   
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin

avatar
Nukenin


Messages : 179
Date d'inscription : 26/04/2015


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
149/1000  (149/1000)
Réputation:
20/40  (20/40)

MessageSujet: Re: Rencontre au dessus des ruines - Byakko Ayase   Ven 15 Mai - 4:40


Inconscience


Je me trouvais dans ce village depuis peu de temps, observant les personnes se trouvant en ces lieux. Leurs habitudes, leurs tâches, leurs joies, leurs colères. Il y avait en ces lieux tellement de différences. Partant de la simple famille ayant fui la désolation de la guerre jusqu'au déserteur fuyant le funeste destin que lui réserve son village. Tout ce concentré formait une sorte de population, bien sûr tout le monde ne s'entendait pas. Les familles « respectables » avaient peur de nous, les shinobis, même n'étant pas déserteur. Ils avaient raisons, après tout ce sont nous les ninjas qui apportent la guerre, la mort et la désolation sur ces terres. Sans nous n'aurait-il peut-être pas autant de mort. Les fanatiques profitant de leurs pouvoirs étaient légions. Du légendaire dieu, Uchiha Madara à Uchiha Obito l'échec. L'illusion proposée par Uchiha Madara m'aurait arrangé d'un côté, imaginons ce genre de monde.Un endroit où je n'aurais pas tué ma dulcinée seulement parce qu'elle était de Kumo. Un monde ou mes parents auraient pu donner une bonne éducation à leur fils, histoire d'en faire un homme respectable défendant ses valeurs. Tout cela n'était qu'un rêve et au lieu de cela il me fallait vivre un cauchemar. Chaque matin, en me levant je les vois. Ma mère, mon père, les rares souvenirs que j'ai d'eux. Ce qui hante le plus c'est son visage, le visage de la femme qui me dit oui je le veux. Tous les jours, il me faut vivre avec ça. Le plus dur ce n'est pas de tuer des personnes, mais de vivre avec leurs souvenirs. Ce matin ne faisait pas exceptions, réveiller après un cauchemar d'un sursaut ma tête se leva. Mes mains passèrent sur ce visage qu'est le mien, essuyant la transpiration due à ce genre de rêves. C'est alors que rapidement mon corps se tourna de manière à se retrouver assis dans mon lit, les pieds posés au sol. L'on pouvait entendre les oiseaux chantaient dehors ainsi que l'incroyable foule se trouvant à l'extérieur. Cela me rappelait le bon vieux temps à Kumo, quand Atori me réveillait pour aller au marché.


Voulant oublier tout ceci je décidais de me rendre dehors, n'ayant pas pour le moment pas de réelle affectation dans ce village. La foule vaquaient à ses occupations, beaucoup parlaient dehors, d'autre venaient faire des achats. Traversant les ruelles sans réel but je pouvais observer tranquillement la populace. Des heures durant mon corps se promenait dans ces lieux sans y faire la moindre chose, puis vint la nuit. L'idée de passer à une taverne pour y boire un verre me tentait, c'est ainsi que mon corps se trouvait en ces lieux. Assis sur une chaise, buvant un, puis deux verres seul dans un coin. Ici les Hommes rigolaient, criaient, sans se soucier des autres. Jusqu'au moment où une femme poussait la porte de cet endroit pour y pénétrer. Tous étaient sans voix, n'ayant sûrement pas l'habitude de voir la gent féminine s'inviter en ces lieux. Bien installé dans mon coin, presque invisible aux yeux des autres alcooliques en tout genre, mes yeux observèrent rapidement cette femme. Si elle voulait se faire violer et bien elle se trouvait dans le bon endroit, des hommes recherchant la chaleur d'une femme, étaient nombreux ici. D'ailleurs rapidement des hommes lâchèrent des remarques douteuses, la plupart à caractère sexuelle ou le sous-entendant. L'inconnue gêner par ce genre de comportement pris sa bouteille et sortis du bar, très rapidement sans qu'apparemment elle s'en rende compte trois hommes sortirent derrière elle. J'aurais pu rester ici et les laisser faire, tout le monde savait ce qu'ils allaient tenter de faire d'ailleurs, mais ce n'était pas dans mes habitudes.


Tout en posant avec force le verre que je venais de finir mes pas me sortirent de ces lieux. Poussant la porte avec rapidité il me fallait maintenant retrouver les trois hommes et leur futur victime. D'un pas décidé je tentais de me retrouver en ces lieux qui m'étaient inconnus, à part le chemin pour rentrer dans mes appartements bien sûr. Après quelques minutes de recherche mes yeux trouvèrent enfin, au loin se trouvait l'inconnue. Un homme l'approchait par devant tandis que discrètement deux autres arrivèrent par l'arrière. L'endroit était rempli de ruelle où ils pouvaient la violer et laisser son corps sans craindre les moindres représailles, l'alcool faisait vraiment faire n'importe quoi aux hommes. L'attitude de la dame me surpris, se mentant d'un coup à regarder les étoiles comme si elle n'avait pas peur. Nombreux étaient les arriérés inconscient du danger que représentait l'Homme. D'un pas rapide mon corps se trouvait maintenant les deux, mes mains après avoir composé des mudras, se posèrent sur leur tête et pour y envoyer des ondes. Leurs deux corps volèrent avec grande puissance aux côtés de la dame, dans le même élan un kunai sortit de ma poche pour être lancés et toucher directement l'épaule de l'homme se trouvant devant nous. M'observant avec haine le freluquet pris la fuite, tandis qu'avec mal les deux larves au sol se relevèrent. Bien pitoyable sont ceux qui ose s'en prendre à plus faible dans le but d'obtenir ce genre de faveur. Calmement je m'approchais de l'inconnue pour lui adresser quelques mots.


« Êtes-vous inconsciente ? Nombreux sont les hommes qui sont prêts à tout pour obtenir la chaleur d'une femme en ces temps, surtout après avoir bu. »


Le tact n'était pas mon fort il fallait le dire, mais face à une telle inconscience il était dur d'être plus calme. Tout en soupirant mon regard se mit à regarder les étoiles, histoire de laisser le temps à la dame de comprendre ce qu'il venait de se passer. Le temps de comprendre que j'étais son héros, l'homme qui venait d'empêcher trois soulards de profiter de son corps voluptueux. Après un court temps de pause mes yeux se posèrent à nouveaux sur mon interlocutrice. La dévisageant avec une certaine inquiétude. Comment avait-elle pu venir jusqu'ici en un seul et unique morceau ? Soit c'était une shinobi et donc savait ce qu'elle faisait, soit il s'agissait là d'une pauvre cruche ayant oublié les bases de la survie. Se promener dans des ruelles sombres de nuits, surtout en sortant d'un bar n'était pas une chose intelligente. C'est à ce moment que mes paroles retentirent à nouveaux.


« Je me nomme Amatera Shisei Hatoma… Vous ne devriez pas rester toute seule dans ces lieux. »


Il ne me restait maintenant plus qu'à attendre la reaction de l'inconnue. Le vent venait de se lever, faisant virevolter ma chevelure rouge. D'un côté je me demandais si elle n'avait pas peur de ma personne, après tout j'étais vêtu de noir, portant le bandeau rayé de Kumo sur mon épaule gauche. Rien ne pouvait lui garantir que je ne venais pas de la sauver dans l'espoir d'obtenir la moindre faveur ou pire encore. Bien sûr, ce n'était pas du tout mes intentions.

×××××××××××××××

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junnin d'Iwa - Bras droit de Kurotsuchi

avatar
Junnin d'Iwa - Bras droit de Kurotsuchi


Messages : 424
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 18


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
150/1000  (150/1000)
Réputation:
30/40  (30/40)

MessageSujet: Re: Rencontre au dessus des ruines - Byakko Ayase   Sam 16 Mai - 21:37


       
rencontre au dessus des ruines

       
AVEC — Amatera s. Hatoma


       


Il était tard, elle était fatiguée de son périple et avait commencé à boire dans ce bar comme elle l'aurait fait dans son village en temps normal. Cependant ici personne ne la connaissait et les hommes présents dans dans la bâtisse ne savait pas à qui ils faisaient face et donc ne savaient pas où s'arrêter. A Iwa elle n'aurait jamais quitté un bar de la sorte, les habitués savaient comment elle fonctionnait et connaissaient son rang. Elle était donc sortie d'abord parce qu'elle était très mal à l'aise en ces lieux mais elle en ressortie plus qu'enervée, si bien qu'elle ne remarqua pas que plusieurs clients du bar l'avaient suivie. Ou du moins elle s'empêchait de le reconnaitre en se mentant à elle-même.

Elle avait repérée la présence d'un homme quelque mètres à côté d'elle mais n'avait pu voir son visage. Seulement il se passa quelque chose d'étrange pendant que son regard était fixé sur la voute céleste. Deux corps tombèrent lourdement tout près d'elle, ils semblaient avoir été projetés depuis quelques mètres. La belle, surprise, se retourna aussitôt et tandis qu'elle pivotait pour voir d'où venait les deux hommes, celui qui se trouvait à côté d'elle se prit un kunai en pleine épaule. Elle resta bouche bée quelques secondes puis reprit ses esprits. Puis une quatrième personne s'approcha d'elle calmement, Ayase ne savait plus ou donner de la tête et ne dit rien, elle regarda les autres hommes décamper difficilement à son arrivée. Était-ce lui qui venait de faire tout cela ? Sûrement. Il adressa ensuite quelques mots avant même de se présenter. Son ton était sec et ses paroles vexantes, quel manque de tact. Ayase l'écouta en se retenant d'imploser puis l'homme à la chevelure écarlate reprit la parole après un temps de pause et se présenta finalement

- Dans mon village personne n'aurait jamais tenté cela, j'ai été imprudente il est vrai mais il n'empêche que leur attitude dans ce bar était honteusement déplacée.

Sa voix d'ordinaire douce et feutrée ne l'était plus du tout, elle était énervée, furieuse qu'on ose lui dire que c'était elle qui était en faute. Il la fixait avec une expression toute particulière que la juunin n'arrivait pas à comprendre totalement. Elle marqua un temps de pause pour se calmer puis reprit plus doucement en esquissant un léger sourire.

- Byakko Ayase, enchantée. Je me suis emportée excusez-moi mais comprenez ma réaction. Hm.. Je suppose que je dois vous remercier pour .. Ça.

Elle lui adressa un franc sourire mais n'était pas totalement rassurée. Qui pouvait lui affirmer que tout ceci n'était pas un coup monté ou tout autre chose ? Personne. Elle le regarda alors de bas en haut et lorsque son regard se posa sur son bras elle écarquilla légèrement les yeux. Il portait au bras un bandeau de Kumo rayé. Un déserteur donc. Pas étonnant sur ces terres vous me direz, mais elle était étonnée qu'il garde au bras un bandeau dont il devrait se débarrasser. Cependant au lieu de prendre peur de se trouver face à un shinobi qui avait sûrement commis l'irréparable, elle continua d'afficher un léger sourire, compréhensif. Elle aussi avait déserté son village, même deux villages si l'on comptait Oto. Elle se prit alors bizarrement d'une forme d'affection pour le shinobi, ou tout du moins de compassion, et lui adressa quelques mots, sûrement maladroits.

- Bizarre non, d'habiter et de servir un autre village que celui qui nous as vu naitre ? Au point de se demander si nous sommes les coupables, ou les victimes de tout ce qu'il nous est arrivé par la suite.

Cela devait être la faute de cette liqueur transparente qui coulait dans ses veines pour qu'elle parle autant. Elle ne savait pas comment réagir face à cet homme mystérieux qui venait de lui éviter de se défendre contre trois hommes complètement soumis à leurs pulsions. Alors elle chercha le regard de ce Hatoma quelques secondes puis reposa le sien vers l'astre lunaire, le beau.

       



       

       
(c) MEI

       

       

×××××××××××××××


Liens pour les nouveaux validés,

Recensement des avatars
Effectifs des inventés



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin

avatar
Nukenin


Messages : 179
Date d'inscription : 26/04/2015


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
149/1000  (149/1000)
Réputation:
20/40  (20/40)

MessageSujet: Re: Rencontre au dessus des ruines - Byakko Ayase   Dim 17 Mai - 3:32


Mes belles chaussures.


L'endroit était devenu calme suite au départ des quatre lâches. La dame pris un moment avant de comprendre ce qui venait de se passer, mais sans plus s'en préoccuper. Dans un premier temps cette dernière dit que dans son village cela ne serait jamais arrivé, c'était donc une habituée de ce genre d'endroit. Ce n'était sûrement pas sa première ou dernière bouteille d'alcool. Ses paroles laissaient sous-entendre que d'ordinaire si cela devait arriver elle pouvait s'en sortir sans trop de soucis. La demoiselle ne se méfiait pas assez de ce genre d'individus semble-t-il. Le calme quant à lui était revenu, elle semblait prendre un temps de réflexion pour réellement comprendre la situation. Choisissant avec parcimonie ses prochaines paroles. Byakko Ayase ? Jamais entendu parler, totalement inconnu. La suite de ses mots m'obligèrent à lâcher un léger rictus, me remercier ? Je ne pense pas que cela soit de trop, même si elle pensait pouvoir s'en sortir seule. Il était impossible de savoir ce qu'il aurait pu se passer. Mon expérience et mon manque d'alcool me permirent de les prendre par surprise, mais si cela n'avait pas été le cas ? Peut-être les hommes étaient-ils shinobis et auraient pu se défendre sans trop de mal. Dans ce monde il est impossible de savoir si tu peux battre un homme avant de l'avoir fait. Depuis tant d'année j'avais tant voyagé, vu tellement de choses, tellement de personnes. Il était impossible de me tromper avec ce genre de sourire, Ayase n'était pas rassurée et c'était le premier comportement normal qu'elle eu aujourd'hui.


Par la suite, la dame continuait de parler. Son interrogation était étrange, laissant comprendre que le village dont elle venait n'était pas celui de sa naissance. Mais Ayase avait vu vrai. Tant de fois je m'étais retrouvé seul dans le noir à me demander si tout cela ne venait pas de moi ? Après tout, j'ai tué ma femme, j'ai tué mon meilleur ami, j'ai fuis Kumo. Ne pouvant pas rester de marbre face à ces paroles mon visage devint plus grave. Mes yeux qui fixèrent ceux de mon interlocutrice, ne reflétaient plus que de la haine et de la colère. Non, cela ne pouvait pas être ma faute. Il est dur de sortir de la spirale de la vengeance quand vos parents et pratiquement tous ceux qui vous aimiez son mort de la main de votre village. Il est pourtant vrai que pendant des années, ce village, je l'ai aimé. Après avoir pendant longtemps réfléchit mes paroles brisèrent enfin le silence, le tact n'était toujours pas mon fort malheureusement.


« Je ne vous demande aucun remerciement, comme je ne vous pose aucune question. »


Mes paroles étaient sèches, sans émotion, véhiculant sans aucun doute une immense haine envers les shinobis. Il m'était difficile de faire confiance à un autre ninja, en être un me permettait de les comprendre mieux que personne. Ils ne cherchent que la guerre et le pouvoir et peu importe les sacrifices qu'il faut faire. Un village ne voit pas ses effectifs comme des Hommes, mais simplement comme des pions qu'il faut diriger et utiliser comme bon nous semble. Après un nouveau temps de penser et après m'être rendu compte que mes paroles n'étaient pas appropriée à la situation, je repris plus calme, plus réfléchit.


« Cela fait fort longtemps que je n'ai plus servi aucun village, je ne suis plus qu'une ombre se battant pour une idéologie. Malgré tout, je pense que la paix peut encore être apportée dans ce monde, ridicule n'est-ce pas ? »


Ayase ne l'avait sûrement pas remarquée, mais entendre de telles paroles de ma bouche étaient rares. Une sorte de marque de respect, la dame s'était montrée franche dans ses paroles et cela était apprécié. Le temps commençait à se rafraîchir et à la vue de sa tenue provocante montrant une partie de sa débordante poitrine, la demoiselle devrait sous peu, avoir froid. Ce n'était pas mon cas, m'étant habillé correction pour la saison et surtout pour l'heure. Suite à un petit temps de pause beaucoup moins long que les derniers, je repris donc mes dires pour les compléter.


« Je me dis souvent que c'est ce que Kumo a fait de moi, que c'est de la faute de village si j'ai tué la femme que j'aimais et mon meilleur ami. Mais l'est-ce vraiment ? Je me demande ce qui nous différencie d'eux ? Concrètement, qu'est-ce qu'être un bon shinobi et mourir digne ? »


Mon ton reste tout de même plus calme que précédemment, cela faisait longtemps que cela n'était pas sorti. La mort d'Atori était un truc qu'il était préférable de garder secret pour ma part. Mais va savoir pourquoi, aujourd'hui, en ce moment je me sens totalement en confiance, comme libre de parler. Ayase se trouve maintenant à environ huit mètres devant moi, voulant me rapprocher un peu un bruit se fit entendre. Mes yeux se posèrent sur le sol, je viens de marcher dans une flaque de vomis. Impensable, c'est chaussures sont neufs et ont coûté assez chère. Tout en affichant un certain dégoût sur mon visage je marmonne des paroles incompréhensibles. Il est question de retrouver celui qui a déposé ce liquide dégueulasse à terre et le tuer, l'ouvrir en deux pour y extraire ses tripes une par une, lui arracher les yeux. C'était dégoûtant, il fallait sous peu que je rentre dans ma demeure pour les changer.


×××××××××××××××

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junnin d'Iwa - Bras droit de Kurotsuchi

avatar
Junnin d'Iwa - Bras droit de Kurotsuchi


Messages : 424
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 18


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
150/1000  (150/1000)
Réputation:
30/40  (30/40)

MessageSujet: Re: Rencontre au dessus des ruines - Byakko Ayase   Mer 20 Mai - 23:40


       
rencontre au dessus des ruines

       
AVEC — Hatoma


       


Le calme avait reprit ses droits et une fraiche brise commençait à danser entre les deux shinobis. La belle n'était pas très couverte et commença à frotter ses bras pour tenter de se réchauffer. L'homme en face d'elle ne la quittait pas des yeux, mais son regard changea du tout au tout quand elle posa cette drôle de question que l'alcool qui coulait dans son sang lui avait arraché. On voyait désormais valser la haine et la colère dans son iris, Ayase avait donc touché la corde sensible. Il manquait réellement de tact ce déserteur, si bien que la juunin se demanda si elle n'allait pas partir rapidement. Il se reprit quelques secondes plus tard, toujours avec ce regard rempli de haine, cependant il était plus calme, mais la kunoichi lui trouvait un petit quelque chose d'anormal, d'étonnant. Apporter la paix dans le monde ? Ses paroles touchèrent Ayase qui était prise entre la compassion et le refus. Elle trouvait les mots de l'inconnu beaux et cela dût sûrement transparaitre sur son visage. Elle ne trouvait pas cela ridicule, au contraire.

Elle souhaitait lui répondre mais avant qu'elle ne trouve les mots juste, il avait reprit la parole et répondait plus en détails à la question d'Ayase. Elle était surprise qu'il se livre à elle de cette manière, ou du moins qu'il lui réponde sans mentir. Alors comme ça il avait tué sa femme et son meilleur ami ? La juunin aurait pu prendre peur, vouloir partir et stopper la conversation, mais elle ne le fit pas. Elle observait simplement ce Hatoma et l'écoutait attentivement sans rien dire. Elle n'était jamais allée à Kumo, et la vision que lui donnait ce shinobi de ce village était très pessimiste. Que pouvaient-ils bien lui avoir fait ? Que c'etait-il passé sur ses terres pour qu'un homme prenne la décision de tuer ses proches, puis qu'il déserte ? Les questions comme celle-ci fusaient dans la tête de la juunin qui n'arrivait plus à trier les informations correctement dans son état actuel. Alors quand il finit de parler elle expira un peu plus fort et lui répondit de sa voix naturellement feutrée.

- Ce serait légitime non ? Que je parte en courant en priant pour que vous ne veniez pas m'étrangler derrière une de ces habitations ? Mais cette fois-ci, me traiterez-vous d'inconsciente si je reste encore là, à vous écouter ?


Elle tentait l'humour et tira la langue d'un air amusé avant de reprendre la parole plus sérieusement, ce qu'il avait dit l'avait mise mal à l'aise et pourtant sa franchise était plus qu'appréciée.

- Un bon shinobi ? Celui qui défendra son village pour tout et contre tout, prêt à tuer sa famille s'il s'averait necessaire de le faire. Du moins ça c'est que la propagande shinobi veut nous faire penser.

Elle lâcha le regard du shinobi un instant pour le poser sur la voute celeste et l'horizon. Son esprit s'égara un instant dans cette nébuleuse d'étoiles, une sensation désagréable l'envahit dans la seconde qui suivit. Elle avait chaud, ne supportait même plus que la brise lui caresse le visage. Alors elle tenta de s'illustrer des images qui l'appaisait, de trouver des images ressources. Automatiquement c'est la rencontre avec son équipe de genin du village d'Oto qui le revint, c'était tellement catastrophique comme début, elle se surpris d'ailleurs à en sourire. La seconde image qui appurut dans son esprit fut celle de sa rencontre avec Rei, beaucoup plus récente. La belle se calma lentement, prenait le temps de revenir à elle totalement avant de continuer à dire ce qu'elle voulait lui répondre. Ce genre de discussions avait le don de faire émaner tous les évènements désagréables de sa vie qu'elle s'était efforcée de sceller.

- De mon côté je pense simplement qu'avant d'appartenir à un village, nous appartenons à un clan, à une famille et qu'il est plus important de le protéger. Ce qui nous différencie d'eux ? A mon sens je ne nous considère pas comme des monstres. Il est vrai que certains ont tués leurs amis, leurs concubins, cependant je suis certaine que la plupart l'ont fait pour défendre autre chose. Tandis qu'eux, eux ont tués des milliers d'Hommes finalement, ils nous ont envoyés en pature aux autres villages seulement pour faire accroitre leur puissance, par pur égoisme.

Bizarrement elle se sentait libre d'exterioser son ressenti par rapport aux autres nations, elle était à l'aise et une sorte de confiance ou de respect mutuel s'installait à pas de loup entre les deux écorchés vifs. Puis il s'approcha d'elle en commencant à faire quelques pas, mais il s'arrêta brusquement, marmomant quelque chose d'incompréhensible. Ayase remarqua alors qu'il avait marché dans une subtsance répugnante, sûrement le bol alimentaire d'un des trois hommes de tout à l'heure. Elle ne dit rien au départ, puis en se rememorant toute sa soirée laissa échapper un ricanement gentillet, ce n'était pas de la moquerie, simplement les nerfs qui retombaient.

     



       

       
(c) MEI

       

       

×××××××××××××××


Liens pour les nouveaux validés,

Recensement des avatars
Effectifs des inventés



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nukenin

avatar
Nukenin


Messages : 179
Date d'inscription : 26/04/2015


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
149/1000  (149/1000)
Réputation:
20/40  (20/40)

MessageSujet: Re: Rencontre au dessus des ruines - Byakko Ayase   Sam 30 Mai - 0:01


Destruction ?


La situation était ridicule, pourquoi s'emporter pour des choses aussi futiles que de simples chaussures ? Même s'il est vrai, qu'elle on coûtait très chère. L'argent n'était rien dans ce monde, ce n'est pas ce que j'emportais dans l'au-delà. Seul mon nom, mes faits, mes souvenirs, voici tout ce qui subsistera après ma mort. Assez vite après avoir écouté mes mots, Ayase répondais à mes questions. Ses premières paroles reprirent les miennes pour les tourner à son avantage, sûrement une manière de me faire comprend qu'elle n'avait guère appréciée la façon dont je m'étais exprimé. Il était vrai que cela faisait belle lurette que je n'avais plus parlé de façon normal à un être humain, sans le menacer de mort ou pire. C'était ainsi, la méfiance était la maîtresse des lieux. Tant de ninjas on tentait de me tuer, simplement pour devenir célèbre ou pour venger Kumo. Beaucoup m'ont trahit, beaucoup m'ont déçu, beaucoup m'ont fait du mal. Il fallait s'y faire, depuis le temps, le monde tournait ainsi. D'un côté il y avait ceux qui pensaient représenter le bien, les villages. Tandis que de l'autre, il y avait ceux qu'ils nommaient le mal, les nukenins, les renégats, les traîtres. Je faisais assurément parti de la deuxième catégorie, mais pourquoi ? Parce que j'ai découvert que mon clan a été assassiné par Kumo, même s'ils fomentaient un coup d'état contre le village. C'est ce même village qui les a poussés à faire ceci, pendant toutes leur vie les Amatera ont été rejetés, humilié, dénigré. La haine attise la haine, c'est ce qu'il s'est passé. Si vous haïssait votre prochain, ne vous attendez pas à ce qu'il vous aime.


La kunoichi fit un geste étrange, tirant la langue pour une raison totalement inconnue. Quelle était donc ce signe étrange ? Une provocation ? Un tic signe d'un certain mal-être ? Sans en comprendre la signification mon corps tout entier se tournait pour regarder derrière ma personne, il y avait rien. Cette femme avait réellement de sérieux problèmes, déjà elle se promenait seule dans des ruelles sombres presque nue. Elle devait vraiment avoir froid, malgré tout j'en restais pas moi un homme. Pendant des années j'ai côtoyé la même femme, pendant des années je l'ai charmé et me suis conduit en gentleman. C'est pour cette raison que mes mains vinrent enlever ce qui me servait de haut, ma cape, pour la poser sur la dame. Sans vraiment la regarder, faisant passer ça pour un geste anodin. J'étais maintenant en tee-shirt sans manche, il était donc facile pour Ayase de voir les cicatrices sur mes bras ou celle qui dépassait du tee-shirt et semblait se diriger vers le torse. Encore un signe de ce que les villages on fait de ma personne durant tout ce temps, durant des années de traques sans relâche.


Ses premières paroles ne m'intéressèrent pas, elles étaient même ennuyantes, elle ne faisait que répéter ce que les villages essaient de nous faire croire. Le plus intéressant vint ensuite, quand la dame rentra dans le vif du sujet. Oui, oui, c'était exactement ça, ce que je voulais entendre. Intéressant, juste, ses mots étaient magnifiques. Mon regard changea du tout au tout, il brillait maintenant de mille feux. ENFIN, quelqu'un qui pouvait me comprendre et comprendre ce monde. Avant d'être n'importe qui nous sommes effectivement un clan, une famille, c'est ce qui est le plus important dans une vie. La famille, le clan, sont les choses qui façonnent notre façon d'être, notre personne tout ceci. L'autre point soulevé était lui aussi vrai, si nous faisons le compte je n'ai tué que quelques personnes. Souvent par vengeance ou à cause de cette haine, alors que les villages ont tués des milliers de personnes juste pour être plus puissant. Parfois, simplement pour nourrir un égo qui ne cesse de grandir. Après avoir écouté attentivement ses paroles, j'essuyais mon pied me rendant compte qu'il ne s'agissait que de dégât superficiel. Puis mes yeux fixèrent à nouveau les siens avant de répondre avec empressement tout en enlevant mon tee-shirt, montrant le nombre impressionnant de cicatrice qui recouvrait mon torse.


« Voici ce que tous les villages on fait de moi. Konoha, Kumo, Suna, Kiri et même Iwa... Pour moi les villages sont tous les mêmes, ils ne se servent que de nous. Nous ne sommes rien que de vulgaires pions prêts à être sacrifiés. J'ai tué ma femme par haine, par vengeance pour ce que Kumo a fait de mon clan, les assassinant sans le moindre remord. Des enfants, des adultes, des femmes, comment peut-on être si cruel ? Malgré cela, je regretterais ce geste toute ma vie, Kumo m'a plongé dans les ténèbres et j'y nage depuis trop longtemps. »


Après ces paroles mes mains se mirent à trembler, cela faisait longtemps que je n'avais plus parlé d'Atori, voir jamais à une inconnue. Suite à un silence non contrôlé dû à une remontée de souvenirs de ma femme, mes mains se mirent à trembler plus fortement, mon pouls et ma respiration étaient plus fort. Le vent commençait à se lever de plus en plus, tandis que je tentais de reprendre mes esprits rapidement. Après un petit moment, le calme revint dans mon esprit, tandis que mes yeux fixèrent toujours la dame. J'avais trop parlé de ma femme, cela ne m'était jamais arrivé et ce n'était pas bon. Pourtant, face à Ayase je me sentais libre de parler de tout, de raconter ce que je comptais faire, quand, pourquoi, ce que je pensais, tout. C'est d'ailleurs ce que je fis, tout en ignorant le fait qu'elle se mit à rire pour rien.


« C'est drôle, pourtant malgré tout, ce que je veux c'est ramené la vraie paix dans ce monde. Permettre aux pauvres, aux riches, aux fermiers, aux clans, de vivre sur un pied d'égalité. Malheureusement le système shinobi actuel empêche cela. Pour ma part je pense que le système entier doit être détruit, je pense que les shinobis sont le réel problème dans ce monde. »


Suite à ces mots mon corps restait totalement stoïque, regardant la dame dans les yeux cherchant la moindre émotion ou réaction qu'elle pouvait avoir quant à ces paroles. Je voulais savoir comment elle allait réagir, ce qu'elle pensait de tout cela. Peut-être qu'elle pourrait m'apporter une autre réponse, une autre solution pour obtenir cette paix. Il est vrai que cela faisait des années que mon corps parcourait différentes terres, à la recherche de plusieurs personnes pour obtenir ce genre de réponse. Pour le moment seul la destruction des cinq villages, sonnait comme une façon d'obtenir cette paix pour tous. Pour ma part c'était les shinobis les seuls responsables de tout ça, les êtres humains ne peuvent que faire la guerre, à la recherche de toujours plus de pouvoir, de plus de renommé. Le système shinobi actuellement en place permettait tout cela, il donnait la possibilité aux ninjas d'être reconnu grâce à des faits, sans prendre en compte les autres. La guerre était comme un passe-temps pour les villages, ils la faisaient sans cesse, souvent pour agrandir leur terre, peut de fois dans un intérêt humain. Ce village était la preuve même de la désolation de la guerre, les déserteurs, les familles détruites, tous vivaient ici. Je ne pouvais m'empêcher de remarquer qu'il faisait de plus en plus froid, surtout que je sentais que la pluie n'allait pas tarder à pointer son nez. Tout en regardant le ciel avec méfiance mes paroles brisèrent une dernière fois le silence.


« Nous devrions continuer cette conversation dans un endroit plus chaud et à l'abri. Nous pouvons nous rendre dans l'un des rares bars encore ouvert, ou simplement dans mes appartements. Je ne vous violerais pas ne vous inquiétez pas. »


×××××××××××××××

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Junnin d'Iwa - Bras droit de Kurotsuchi

avatar
Junnin d'Iwa - Bras droit de Kurotsuchi


Messages : 424
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 18


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
150/1000  (150/1000)
Réputation:
30/40  (30/40)

MessageSujet: Re: Rencontre au dessus des ruines - Byakko Ayase   Sam 6 Juin - 1:13


       
Rencontre au dessus des ruines

       
AVEC — Hatoma


       


Ayase avait tiré la langue par pur reflexe, c'était sa façon à elle de montrer qu'elle prenait la situation à la légère ou du moins qu'elle se sentait libre de pouvoir taquiner son interlocuteur. Seulement celui-ci ne comprit pas son geste, si bien qu'il se retourna comme pour voir si elle adressait ce geste à quelqu'un d'autre, évidemment il ne vit personne. Mais cela n'avait aucune importance. L'Amatera avait du remarquer qu'elle commencait à avoir froid, fallait-il dire que son kimono n'était pas l'habit le plus adequat à cette période de l'année et surtout pas à cette heure. Alors d'un geste quasiment mécanique et sans vraiment la regarder il décrocha ce qui lui servait de veste, une grande cape sombre et lui posa sur les épaules. Ayase posa d'abord son regard sur la cape, l'ajustant de façon à ce qu'elle ne tombe pas et le remercia d'un signe de tête, accompagné d'un franc sourire. Cependant en le regardant, son regard ne pu s'empêcher de se promener sur le corps de l'homme, nottament sur ses bras désormais décourverts. Sa main droite, qui ne tenait pas l'ombrelle, vint alors se placer directement devant sa bouche, sans quel contrôle réellement ce mouvement. Choquée, appeurée, horrifiée, il n'y avait d'autres mots pour décrire ce qu'elle voyait et ce qu'elle ressentit en voyant cette montagne de cicatrices sur le corps de l'Amatera. Etait-ce Kumo et toutes les personnes lancées à sa poursuite suite à sa desertion qui avaient fait cela ? La probabilité était grande, presque évidente au final.

La kunoichi à l'ombrelle resta bouche bée devant toutes ces blessures un bon moment puis, remarquant qu'il était mal-poli de faire cela replongea son regard dans celui de son interlocuteur, regard qui changea d'ailleurs du tout au tout quand elle finit de parler. Une flamme, puissante, brulante, magnifique. Celle qui fait revivre un Homme. Elle semblait désormais danser dans la pupille du nuke-nin, elle émergeait progressivement et promettait un spectacle à couper le souffle. Il retira ensuite soudainement son haut, avant de lui répondre. Ayase fut tout d'abord surprise de ce geste si déroutant mais elle le fut encore plus en remarquant que son torse était encore plus bardé de cicatrices que ses bras. Elle était presque pincée au cœur, mal à l'aise, cette situation mettait son humeur à mal, si bien que sa main, cachée sous la cape de l'homme vint directement serrer son kimono au niveau de sa poitrine. Les dires de ce Hatoma vinrent alors confirmer ses hypothèses, c'était bien Kumo qui avait plongé ce shinobi dans le mal, dans l'errance, qui lui avait fait tout cela. Il reparla de sa femme, de son clan et cela devait être quelque chose de rare au vu de la réaction qu'il eu juste après, ses mains se mirent à trembler fortement, il semblait difficile pour lui de respirer et un silence s'installa. Ayase n'osait pas couper ce moment, par pur respect pour ce qu'il devait ressentir actuellement. Puis lorsqu'il se reprit il continua de parler, de choses un peu plus sombre d'ailleurs, pour lui le système est corrompu et il était la cause de tous les malheurs. La belle prit la parole suite à cela, juste quelques mots, il fallait dire que le voyage l'avait épuisé et malgré qu'elle voulait répondre, la fatigue commencait à prendre le dessus au fil des heures.

- Et pour ramener cette vraie paix comme vous le dîtes, vous seriez prêt à détruire ce système de vos propres mains ? Pensez-vous que c'est le rôle des shinobis comme vous et moi de réduire ce système à néant, de briser cette paix factice, de montrer que l'existence même de nuke-nin signifie que le système est défaillant et excluant ?

Sa voix était douce comme à son habitude mais légèrement insistante, elle ne s'attendait pas à recevoir de réponses mais elle espérait quand même que ses questions n'aient pas été inutiles. Elle n'avait pour le moment aucune idée de renaissance pour le système, simplement des hypothèses hasardeuses qu'elle tenait à garder pour elle pour le moment. Son discours n'avait pas choqué la juunin plus que cela, elle comprenait son point de vue, ne le cautionnait pas forcément mais le comprenait. Elle voyait qu'il était en train d'épier chaque réaction qu'elle allait avoir en entendant ces paroles, comme s'il voulait la tester, voir s'il pouvait continuer de parler librement ou non. Puis tandis qu'un léger silence s'était installé, il reprit la parole une dernière fois pour proposer d'aller terminer cette conversation ailleurs car le temps n'était plus avec eux. Sa dernière phrase lui arracha un mince sourire suivi d'un roulement d'oeil, de toute manière elle savait se défendre.

- Peu m'importe je vous suis, du moment que nous puissions aller au bout de cette discussion. Voulez-vous que je vous rende votre cape ? Vous n'avez sûrement pas envie que les derniers veilleurs voit tout cela je me trompe ?

Ce n'était pas un reproche, simplement une marque d'attention mélée à une pointe de remerciement. Sans cette cape elle aurait sûrement attrapé froid bien que le sentiment d'être comprise et écoutée réchauffait son cœur d'une façon difficilement descriptible.

       



       

       
(c) MEI

       

       

×××××××××××××××


Liens pour les nouveaux validés,

Recensement des avatars
Effectifs des inventés



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rencontre au dessus des ruines - Byakko Ayase   

Revenir en haut Aller en bas
 

Rencontre au dessus des ruines - Byakko Ayase

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Cartons plumes et ruines
» Yue Ayase
» Mon voisin du dessus [RP VERSION]
» Mon Voisin du Dessus
» Des ruines elfiques en Empire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Genesis :: RPG - AUTRES LIEUX :: Shigakure :: Shigakure no Sato :: Portes du Village-