BANNIERE
Le chant des sirènes

Partagez | .
 

 Le chant des sirènes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Épéiste de la Brume

avatar
Épéiste de la Brume


Messages : 52
Date d'inscription : 18/04/2015
Localisation : Shigakure, affronte Ayase


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
205/1000  (205/1000)
Réputation:
10/40  (10/40)

MessageSujet: Le chant des sirènes   Mar 2 Juin - 17:59

Partie 1 : Il équipa son navire pour fuir ses terres


L'aube se leva sur le village Kiri. Les chouettes poussèrent leurs ultimes hululements avant de laisser la place aux corbeaux. Le soleil perçait à peine la brume lorsque mes yeux s'ouvrirent. Je pris une grande inspiration avant de me lever. Je devais partir pour une mission. La veille, Chojuro m'avait convoqué. Il m'avait annoncé que le trouble se faisait entendre dans les îles du pays de l'eau. Deux clans rivaux avaient redoublé d'efforts pour s'exterminer. Je devais découvrir la raison de ces combats. Avant de partir, je fis mon entraînement quotidien. Course autour du village, mouvements pour éveiller chacun de mes muscles et temps de concentration pour travailler mon chakra. J'étais fin prêt. Je pris mon sac, je déposai une bise sur le front de la femme de mon père, encore endormie, et je m'en suis allé.

La route allait être longue mais cela ne me dérangeait pas. Ce ne serait qu'une longue ballade, rien de bien grave ou dangereux. Comme à mon habitude, je me concentrais sur chaque chose que je pouvais voir. Ici, les rizières en effervescence et là, le monde sauvage en pleine activité. Le pays de l'eau est magnifique pour ce contraste : il est un mélange parfait de civilisation et de nature, d'ordre et de chaos. Pendant quelques minutes, des hurlements de loups brisèrent le silence avec une harmonie discordante, un genre d'ôde à l'ordre naturel des choses. Après une courses visiblement sans fin dans les forêts, je suis finalement arrivé non loin d'un petit port. Un pécheur m'y attendait, il allait me faire traverser la mer et, contre une bonne somme, avait accepté de rester à ma disposition le temps de ma mission.

J'embarquai dans son petit navire et, après quelques banalités, je finis par m'attaquer au sujet intéressant :

« Dites moi ... Qu'est ce qu'il se passe entre le clan Tan'pa et le clan Hamon ? »

Le pécheur ne pu s'empêcher de rire. Je ne compris pas pour le coup. Que pouvait il y avoir de si drôle à ma question ? J'allais très vite le savoir :

« J'étais sûr que vous alliez me poser cette question ! J'ai parié avec des amis que votre mission avait pour but de régler cette affaire ! Vous allez me faire remporter un petit paquet d'argent ! Enfin bref ... Ces clans s'opposent depuis toujours. Ils ont une technique très semblable basée sur les ondes. Les Tan'pa s'en servent pour faire onduler l'air et le compresser pour attaquer l'ennemi. Les Hamon, quand à eux, se servent de cela pour créer des fissures dans les éléments comme la terre ou l'eau. Les deux clans se battent en revendiquant qu'un seul doit pouvoir utiliser les ondes. Sauf que ... Les enfants des chefs sont tombés fous amoureux. Et vous imaginez bien que cela n'a pas du tout calmé les conflits. »

Il continua à m'expliquer le contexte. C'était un coup de foudre. Sauf que les clans étaient persuadés que c'était une ruse de l'ennemi. Que le genjutsu avait été utilisé ou quelque chose dans le genre. Du coup ... Un sacré bordel. Et surtout, les clans menaçaient de partir du pays de l'eau si un ninja de Kiri ne venait pas régler le litige. Bien entendu, ils s'attendaient à ce qu'un clan soit exterminé mais Chojuro avait été clair, le sang ne devait pas couler outre mesure. Seulement en cas d'ultime nécessité. Quel approche prendre ? Que faire ? J'eus alors une idée. Si j'allais voir un clan en premier, ils me penseraient qu'il y avait là une prise de parti. Ils y verraient une trahison de Kiri. Alors que nous arrivions à équidistance des îles où se trouvaient les deux clans, je me levais et je composais une série de mudras. L'eau de mer s'éleva et forma deux petites colonnes qui prirent mon apparence.

M'adressant à moi-même je dis :

« Toi, tu va trouver le chef des Hamons pour savoir ce qu'il pense de cela et après tu va parler à sa fille. Toi, tu va trouver le chef puis l'héritier des Tan'pa. Moi, je vais me charger de la zone de combat comme un grand garçon. Surtout, dites leur de se rendre sur le champs de bataille demain à l'aurore. Je me chargerais du reste. »

Les deux partirent comme des flèches vers leurs destination. Je me retournais vers le pêcheur et je lui adressai un sourire. Soudain, une explosion se fit entendre. Nous étions proche du lieu de bataille. Le pêcheur lâcha un gémissement apeuré. Comme pour lui répondre, je commençais à composer mes mudras. Je n'allais pas me battre. J'allais user de la peur. Je savais le faire à la perfection. Une fois les mudras composés, le rugissement du tonnerre se fit entendre. Les combats avaient lieu jusqu'à présent sur l'océan. Donc sur l'eau. Je pointais alors ma main vers le ciel. Le pécheur leva les yeux et vit une tornade de foudre se former. Un second rugissement se fit entendre. C'était l'océan qui se démontait sous la tempête. La foudre prit la forme d'un dragon et alla s'écraser au loin. LE crépitement de ce dernier était terrible, annonciateur de catastrophe. Lorsque le dragon s'écrasa sur le champs de bataille qui n'était plus qu'à quelques centaines de mètres mais dissimulé dans la brume, le silence se fit entendre quelques instants. Ma mission pouvait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Épéiste de la Brume

avatar
Épéiste de la Brume


Messages : 52
Date d'inscription : 18/04/2015
Localisation : Shigakure, affronte Ayase


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
205/1000  (205/1000)
Réputation:
10/40  (10/40)

MessageSujet: &w   Mar 2 Juin - 20:40

Partie 2 : Soudain, l'océan se déchira et les vents se levèrent.


Lors de sa course, mon clone se rendit compte à juste titre qu'il allait affronter l'un des cas les plus durs. Cet homme, le chef des Hamons, avait rendu ce conflit plus ardent dans le but de défendre sa fille. Il allait devoir trouver des arguments défiant la plus noble des tâches. Il prit une grande inspiration en pensant au défi qui l'attendait. J'étais heureux de ne pas être à sa place. Il croisa la route de ninjas qui ne cherchèrent pas à l'attaquer. Ils pensaient qu'il s'agissait de la délégation de Kiri. Et ils avaient raison, mais pas entièrement. Mon clone arriva prêt du petit village des Hamons. C'était assez simple mais il faisait sûrement bon vivre avant que la guerre entre les deux clans ne soit devenue aussi forte. Mon clône arriva prêt de la hutte du chef. Elle était aisément distinguable étant donné qu'elle faisait au moins trois fois la taille de toutes les autres. Une peau d'animal sauvage, probablement un loup vu sa couleur grise, était cloutée sur la porte en bois sombre. Il toqua à la porte et entra.

Un homme était assis au centre de la pièce, fixant le feu qui crépitait juste devant lui. Il faisait terriblement chaud. L'homme leva le visage et mon clone y vit une balafre barrant son oeil gauche. La marque était immense. Elle partait du front et retombait sur son cou. Il avait un visage sévère. Et pourtant ... Pourtant un sourire amical était sur son visage. Il semblait prêt à discuter. Il tendit la main et fit signe à mon clone de s'asseoir. Ce dernier commença par incliner la tête respectueusement puis s'installa sur les genoux, comme le font la plupart des shinobis. Comme je le fais moi. Mon clône ouvrit la bouche mais l'homme dit :

« Je refuse. Prenez ce verre, nous allons discuter, mais je refuse. »

Mon clone fut déstabilisé par cette phrase. Il regarda l'homme, prit le verre et en bu une gorgée. Sa gorge fut littéralement détruite par ce breuvage. Les alcools fait artisanalement sont toujours plus forts ... Mais là, c'était hors de la conception ! Il releva son regard vers l'homme qui éclata de rire avant de reprendre :

« Laissez moi deviner ... Vu que vous n'êtes qu'un clone, je le sais car je suis un expert en sensorialité, les Ta'ban ont aussi choisi de faire appel à vous. Et cela me rassure apparemment, ils estiment que nous sommes aussi dans une impasse. Je suppose que vous allez me dire d'arrêter cette guerre et de laisser ma fille faire ce qu'elle veut ... Mais je refuse. Littéralement et strictement. Ma fille ne se mariera pas avec un Ta'ban aussi gentil soit-il. Sa mère est une chienne qui tuera mon enfant. JE refuse cette union. Purement et simplement.
- Mais ...
- Il n'y a pas de mais. JE refuse tout simplement. Ne faites pas cette tête, je ne vais pas vous agresser maintenant. Mais je refuse, simplement. Sur ce,  je vous demande de vous retirer et de faire votre choix. Nous ou eux. »


Mon clone préféra ne pas continuer cette discussion qui allait être stérile. Il choisit de partir à la recherche de la fille. Il ne chercha pas longtemps. Alors qu'il allait sortir du village, un enfant vint lui donnait un parchemin. Il disait :

Vous qui venez de Kiri, rejoignez moi un peu plus à l'ouest du village, derrière la cascade il y a une grotte. Je vous y attendrai.

Hamon Kileyra



Il se rendit sur place. Après quelques minutes de marche, mon clone arriva devant la cascade. Elle était magnifique et se jetait dans un bassin d'eau bleutée. Il regarda autour de lui et entra. La jeune femme qui se tenait assise était vraiment belle.


Une peau fine et blanche comme le nacre, une chevelure verte pâle et un petit noeud noir dans les cheveux. Elle avait les yeux fermés et elle dégageait l'aura qu'on les meneurs d'hommes. Elle ouvrit les yeux et dévoila des pupilles grises magnifiques. Mon clone resta un instant sans rien dire. Il se reprit soudain et dit :

« Tu es Kileyra, la fille du chef ? »

Elle sourit en guise de réponse. Il reprit :

« Pourquoi veux tu me voir ? »

Il jouait la carte de l'ignorance, de celui qui ne cherchait pas à la voir. C'était malin. Très malin. Je n'aurais pas fait mieux. Elle traça alors des mots dans la poussière de la table... Il ne comprit pas immédiatement puis ce fut tellement logique : elle était muette ! Muette mais pas sourde. C'était là quelque chose de rare, qu'une kunoichi vive aussi longtemps ainsi. Elle effaça ce qu'elle avait écrit et prit un parchemin pour écrire. Elle passa une demi-heure à écrire. Il attendit tranquillement. Il avait hérité de ma personnalité et j'aurais attendu. Il prit alors le papier et lut :

Il y a deux ans, j'attendais sur une plage de mon île. JE regardais le temps passé lorsque la mer m'amena une chose inattendue : un jeune homme. Dés le premier regard, je suis tombée amoureuse. Il était gravement blessé et je me suis occupé de lui, sans me poser de questions. Je ne l'ai pas ramené au village, j'avais un pressentiment. Je me suis donc retiré avec lui dans cette grotte et, chaque nuit, je me suis occupé de lui. Un jour, il se réveilla. Et nous avons discuté par l'intermédiaire des phrases que tu vois écrites sur les murs de cette grotte. Au bout d'un mois, il m'a dit qui il était. Et moi aussi. Mais nous n'en avions rien à faire, nous étions amoureux. Il finit par rentrer chez lui et nous décidâmes de cacher notre amour. Cela dura longtemps car trois nuits par semaine, il revenait me voir ici. Trois nuits par semaine, nous nous unissions. Mais un jour ... Ou plutôt une nuit, mon père est venu et il l'a chassé. C'était il y a trois mois. J'ai eu beau lui expliquer, il n'avait que faire de mes histoires. Puis les Tan'pa nous attaquèrent et nous avons riposté. C'est à cause de nous que cette guerre a redoublé mais je l'aime. Je suis prête à tout pour vivre avec lui. Et je sais pertinemment que c'est réciproque, qu'il pense la même chose que moi.

J'ai toute la détermination du monde. Aidez nous.


Mon clone avait été touché par les aveux de la jeune femme. Il était prêt à tout. Il lui expliqua alors mon plan et elle n'hésita pas. Elle était d'accord. Il se désincarna alors de son propre chef pour que je sache tout ce qui allait se passer. Pour que l'autre clone sache également que lui avait réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Épéiste de la Brume

avatar
Épéiste de la Brume


Messages : 52
Date d'inscription : 18/04/2015
Localisation : Shigakure, affronte Ayase


Fiche Shinobi
Rang: A
Points Expériences:
205/1000  (205/1000)
Réputation:
10/40  (10/40)

MessageSujet: Re: Le chant des sirènes   Mer 3 Juin - 21:11

Partie 3 : Et alors qu'il allait mourir, un chant, venu des océans, retentit.


« Bien reçu. Je me charge du reste. »

Mon second clone, celui qui avait pour mission de trouver les Tan'pas et leur chef, avait dit cela lorsqu'il sentit la disparition de son homologue. Vous le savez sûrement mais lorsqu'un clone disparait, tout ce qu'il a assimilé est dirigé vers l'original. Ca c'est ce que les gens pensent. En réalité, tout ce qu'il a accumulé, que ce soit de la connaissance ou de l'expérience, se dirige en part égale vers tous les clones également. Ce qui permet une transmission efficace de l'information. Je m'étais déjà servi de cela pour effectuer des missions nécessitant plusieurs personnes pour des taches simples.

Enfin bref. Mon clône était déjà sur l'île des Tan'pa. D'ailleurs, il avait failli voir leur chef. Mais son fils s'y était opposé. En fait, il souhaitait converser avec lui en premier, afin de lui exposer son point de vue avant toutes choses. Il pensait que j'étais là pour détruire les Hamons apparemment. Ma propre copie avait rapidement jaugé son allocutaire : un jeune homme visiblement assez fort, en pleine possession de ses moyens. Une chevelure mélangeant le poivre et le sel, des yeux bleus d'azur ... Il comprenait pourquoi la jeune femme était tombée sous son charme : c'était un bel homme. Il portait une demi-douzaine de chakram à la ceinture.


« Je vais vous expliquer ... Cela va vous paraîtra étrange si vous l'avez rencontrée mais ... J'ai entendu Kileyra chanter. »

Mon clone fut déboussolé par cette annonce. N'était elle pas muette ? Il allait poser la question mais le jeune homme, nommé Marlo, semblait avoir lu la question dans ses yeux et il enchaîna :

« Elle chante par ses jutsus. Son art est un chant pour moi. Qu'il s'agisse de son Hibiton ou de son Iroujutsu ... Ses jutsus sont comme un chant. Et le plus beau ... C'est quand elle utilise son kuchiyose pour appeler des nuées entières de martins chasseurs. Ces oiseaux semblent danser pour son chant silencieux. Elle n'a pas de cordes vocales, elle ne peut pas émettre de son. Elle a consulté les meilleurs médecins du pays et aucun n'a su l'aider. Et pourtant je l'ai entendu chanter. »

Mon clone savait de quoi il parlait. Avec la mémoire de l'autre copie acquise, il comprenait ce chant, un chant physique, basé sur les sourires et les regards. Un chant traduit à l'écrit par la transmission de la passion. Ce clone également était résolu à aider les amants interdits. Il expliqua mon plan au jeune homme puis se dirigea vers le village. Le village était une copie conforme de celui des Hamons. Ou peut-être était-ce l'inverse, peu lui importait. Comme l'autre, il entra dans la hutte du chef ... De la chef. Il comprit alors que le clan était basé sur une société matriarcale. Ou plutôt, il le supposa. A l'instar de l'autre, il fut invité à s'asseoir. Néanmoins, la chef avait l'air plus dure et strict que son ennemi mortel. Elle avait une voix sèche comme un désert et un ton strict et imposant. Il ne se démonta pas pour si peu : j'avais dû annoncer récemment à Mei Terumi que son mariage avait été annulé. Après cela, une épreuve infernale, mes clones et moi-même étions prêts à tout affronter.

La femme prit la parole :

« Eh bien vous avez prit votre temps ! Les délégations de Kiri ne sont plus ce qu'elles étaient. Et puis vu votre âge, vous n'êtes pas très expérimentés ... A l'époque de Yagura ...
- A l'époque de Yagura, je serais venu vous tuer à cause de vos pouvoirs. »


Il avait été sec. Elle l'exaspérait déjà. Une telle femme avait probablement des talents de meneuse mais pas de diplomate. Il avait tranché les paroles de la femme comme on cisaille une haie : sans compassion aucune. Elle haussa un sourcil. Il la regarda entière et vit une cicatrice lui barrant le cou. Probablement une blessure venant de la quatrième guerre. Il s'en contre fichait. Il savait qu'elle était la source du problème, qu'il faudrait la convaincre elle, la pacifier, pour que le chef des Hamons accepte l'union entre les deux jeunes gens. Il ouvrit la bouche mais elle reprit :

« Vous avez raison. Et c'est pour cela que je passerai outre votre affront. Je suis la dirigeante ici ..
-Encore une erreur. C'est le Mizukage et le Seigneur de l'eau qui dirigent ces terres. Vous n'avez qu'un pouvoir local et minime. »


La femme souffla. Elle ne pouvait pas objecter car il avait raison.

« Bon. Vous semblez assez tatillon donc je vais vous exposer mes stratégies : soit vous nous servez d'atout dans une attaque éclaire. Soit ...
-Soit vous acceptez le mariage et j'assassine la jeune Kileyra ?
- Exactement !
-Hors de question. Je suis un épéiste de la brume. Plus puissant qu'un juunin classique. Je suis de l'élite du village et vous voulez que je me charge d'une gamine ? Non. Je refuse. »


Il expliqua alors à la femme, qui était persuadé qu'il était l'originel, qu'il avait vu les deux jeunes gens et qu'il ne comprenait pas pourquoi elle refusait cette alliance. Elle l'écouta. Elle s'énervait de plus en plus mais elle l'écoutait. Au bout de dix minutes il dit :

« Les ordres sont clairs : le Mizukage refuse que l'un de vos clans soit annihilés. Vous êtes détenteurs de techniques similaires et pourtant très différentes. On ne peut se permettre de perdre votre force, l'Hibiton et l'Assakuton sont des Kekkai Genkai surpuissants. Nous ne pouvons pas nous permettre de les perdre.
-Assakuton, Hai Appaku »


Et soudain il suffoqua. Il sentit l'air dans ses poumons se comprimer. La tension était si forte qu'il n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit. Il pensa à une seule chose : la réussite de cette mission. Lui aussi était prêt à tout pour aider les amants... Soudain, c'était une flaque d'eau qui se tenait fièrement devant la chef des Tan'pa.

Techniques utilisées:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le chant des sirènes   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le chant des sirènes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» L'Île des Sirènes~ Le chant des Sirènes
» Evénement #27 : Le Chant des Sirènes
» La métaphore
» Le chant des sirènes [Mission Altiel & Amy]
» Des effets du chant des sirènes - Libre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Genesis :: HORS RPG - DETENTE :: Kiri-