BANNIERE
Le sentiement d'une infinie puissance.

Partagez | .
 

 Le sentiement d'une infinie puissance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Junin de Kumo - Le prince de la Foudre

avatar
Junin de Kumo - Le prince de la Foudre


Messages : 78
Date d'inscription : 27/03/2014
Localisation : les montagnes de Kumo


Fiche Shinobi
Rang: S
Points Expériences:
0/2000  (0/2000)
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Le sentiement d'une infinie puissance.   Mer 2 Avr - 0:53

Contexte du combat:
 
















♣Le sentiment d'une infinie puissance♣

~Un souverain sage ne fait pas la guerre, mais qui veut la paix se doit de préparer la guerre~




Je le voyais fendre le ciel, traçant sur son passage une fine lame bleuâtre. À son apparition il rugit d'un cri faisant trembler le plus courageux des guerrier, suivit d'une pluie fine et quelque peu imposante. De la baie vitrée de mon bureau je pouvais tout observer, tout commenter de mon oeil, la tour de l'hokage fut construise à un point stratégique, permettant à celui-ci d'observer son peuple. Pour un dirigeant, observer ses fidèles est essentiel. Voir les enfants jouer, les gens rires et s'amuser, ce sont ces visions qui nous permettent de comprendre l'étendue de notre responsabilité et devoir envers cette patrie. Nous devons être apte à prendre des décisions épineuses qui traitent parfois de la vie de plusieurs Shinobi. Le sacrifice est le quotidien d'un souverain, on ne peut pas l'éviter, on peut seulement le minimiser, et parfois n'importe quel effort ne suffit pas... Détournant mon regard vers ma pile de document à traiter, je m'assis sur ma chaise puis mis mes lèvres dans un thé chaud. Trempant ma plume dans un petit pot d'ancre, je me mis à lire et remplir les rapports de missions. Je pris ensuite un document extrêmement important, avant d'être nominé Hokage, Flandre-chan partit représenter Konoha au Gokage. J'étais quelque peu dessus de sa réponse, non pas le fait d'avoir accepté de porter main forte au pays des fleurs, mais plutôt pour le fait d'avoir accepté simplement de bon cœur sans rien en retour. Bien que la volonté du feu était présente en moi plus que quiconque, il ne faut pas oublier que nous sommes simplement un village, des échanges commerciaux plus couteux n'auraient pas dérangés Konoha. Cependant, j'avais accepté sa décision, et ne pouvais que saluer le sang froid de cette bras-droit face aux shinobi les plus puissants de leurs villages. J'étais sur le point d'entamer les résultats de missions, quand un officier de la police de Konoha pénétra en alerte dans mon bureau.

-HOKAGE-SAMA !!! L'une de nos équipe de patrouille a été totalement exterminée !! L'ennemi est trop puissant !

-Pourquoi faut-il toujours que tu t'affole ? Disais-je les yeux toujours sur mon document et continuant à remplir celui-ci.

-Il s'agit de Saber Milena l'ancienne Mizukage !

-Je posais immédiatement ma plume pour lui donner quelques directives "Très bien je m'en occupe, il y a bien longtemps que je n'ai pas dressé les poings". Me levant pour saisir mon sabre de son support pour le mettre à ma ceinture. "Préviens les sections de protection, qu'ils dressent des barrières supplémentaires."

Le problème était de trop grande envergure pour le confier à des anbu, cela n'aurait été qu'un gâchis de combattants. Saber Milena, que venait-elle faire en ennemi à Konoha ? Les cinq villages connaissaient une période de paix, venait-elle déclarer la guerre au pays du feu ? Je me déplaçais à vive allure sous cette pluie, elle était dans la forêt à quelques kilomètres du village, je ne pouvais qu'en profiter, ainsi, si un combat devait avoir lieu il serait en dehors de celui-ci lui assurant alors sa vitalité. Ces problèmes psychologiques étaient connus, mais d'après les rumeurs se sont ces mêmes problèmes qui lui ont coûté sa place de Mizukage, redonnant le trône à Hijikata Toshizo. Comment un tel talent pouvait être gâché ? Sa réputation n'était plus à refaire, et son rang n'était pas mensonge. Je me devais de l'arrêter si elle envisageait de nuire à Konoha, j'étais le monarque du village caché de la feuille, je devais être son bouclier mais aussi son épée. Un souverain sage ne fait pas la guerre, mais qui veut la paix se doit de préparer la guerre. Ce dicton n'était pas faux, il démontre l'absolue sagesse de son écrivain, il établit parfaitement le lien entre la paix et la guerre, affirmant que nul ne peut venir sans l'autre. Ajustant ma course afin d'être plus rapide, je voyais une silhouette au loin entourée de corps de chiens et d'hommes, même le talent des Inuzuka ne put l'arrêter, m'arrêtant derrière un arbre un instant pour correctement visualiser ma cible, je me concentrais sur son visage. Aucun doute n'était plausible il s'agissait bien de l'ancienne Mizukage, sous le bruit assourdissant du tonnerre et le bruit des gouttelettes d'eaux agressant le sol, je fis un saut pour me retrouver en face de la dénommée Saber Milena, avec la forte conviction de lui bloquer le passage si elle comptait se diriger vers Konoha.

-Halte ! Saber Milena, vous avez pris la vie de soldats de Konoha, rendez-vous sur le champ afin d’expliquer vos actes. Dans le cas contraire, sachez que vous en paierez les conséquences.


[ NB : Il y à une action cachée dans ce post ]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le sentiement d'une infinie puissance.   Mer 2 Avr - 1:03



























Une porte de Sortie vers notre Salut ...





Encore une fois, je quittais Kiri, non pas de mon plein gréé, mais littéralement arrachée à ma chaine de commandement, littéralement chassée telle une malpropre suite aux agissements étranges de Milena nee san. Cela faisait quelques jours déjà que nous nous en étions allés, mais depuis lors, elle était restée silencieuse. Pas un mot, pas une consigne, seuls des marmonnements incompréhensibles s'échappait de ses lèvres au sein même de nos pensées. Seule elle bafouillait des paroles incompréhensibles, nous éjectant de sa personne dès que nous tentions une approche quelconque ... non. Peut être était-ce nous même qui reculions de peur d'être aspiré dans le miasme oppressant l'entourant, ses ressentiments n'avaient jusqu'alors jamais été aussi sombres. Milidia la nouvelle venue semblait en savoir un peu plus sur cette situation, mais se contentait d'attendre dans son coin, nous ignorant le plus simplement du monde lorsque l'on lui demandait des explications, donnant pour seule réponse un fatidique : soyez patientes... Lily et moi nous languissant d'inquiétude pour une soeur inatteignable perdions pied, lorsqu'elle finit par intervenir après des jours d'un silence pesant.

52 Requiem of the Night by Audiomachine on Grooveshark


-... j..je dois.l..l..la voir, je dois.. la voir... je dois... C'est alors que pour la première fois, depuis des temps immémoriaux, elle nous donna accès à sa mémoire... c'était le chaos. Elle qui était pourtant ci stable généralement, d'une sévérité et cruauté certes hors-norme, mais sensiblement stable m'avait là tous l'air d'une folle torturée par l'on ne savait trop quoi et dans une détresse que nous nous savions pour le coup inapte à combler. Nous ne pouvions accéder à tout, seulement une image nous revenait, voir nous martelait l'esprit tel le marteau d'un travailleur du bois martèlerait le purin pour perfectionner sa création. Puis vint l'une des pires expériences qu'il me fit donner de connaitre... cette porte ouverte sur ses souvenirs, nous reçurent des bribes des séquelles de l'enfer qui avait créé la shinigami, toute cette douleur qu'elle ne gardait que pour elle, enfermé dans son cœur et feignait ne point ressentir, toute cette peine, mais par-dessus tout, cette rage... Dans ce tourbillon hétéroclite que formait pensées et sentiments, nous paru lueur d'espoir un ray de lumière ci faible en cette obscurité quelle semblait sur le point de disparaitre... je ne le voulais pas... je ne voulais pas me retrouver enfermée, pour toujours en ces hurlements et pleures qui pour une fois était les notre, en ces rires moqueurs venant de l'extérieur à notre égard, en cet oppressant sentiment de honte ou en celui de peur et désespoir le tout alimentant encore et encore les flammes dévorantes d'une haine sans cesse grandissante... dévorant petit à petit nos âmes contaminant ces dernières d par sa vélocité, tentant encore et toujours de nous envoyer par le fond pour mieux nous corrompre... Non... définitivement non, je ne pouvais laisser cela me consumer, nous consumer.
Lily avait déjà craqué son silence en disait long et la tristesse que je ressentais venant d'elle était l'empathie qu'elle éprouvait en cet instant pour cette part de nous ayant jusqu'alors fait tout son possible pour nous tenir loin de la réalité qu'elle a traversé. J'avais moi même du mal à ne pas succomber à cette détresse aussi profonde qu'un puis sans fin, ainsi, je tentai de m'y accrocher, à cette lumière. Sa source était aussi bien sujette à controverse que surprenante.

le souvenir d'une jeune fille aux cheveux bleu marine, d'énormes yeux clairs et un sourire chaleureux, doux et réconfortant. C’était probablement le seul souvenir vraiment heureux de Milena celui de cet enfant la serrant dans ses bras en riant et en l'appelant...

Hitorigoto by Kazunori Miyake on Grooveshark


- Maman ! Sans voix ... j'étais simplement muette devant cette scène... il s'agissait bien de Milena, sans pour autant être celle que nous connaissions... et plus important ! nous avions mis au monde une fille... vivante ? Qui sait apaiser les souffrances de sa mère, ne serait-ce que tant qu'elles sont ensemble ...

Cette paix, cette chaleur, ce désir de vivre et plus surprenant que tout cet amour inconditionnel envers un être chéri ... voir ça de ce monstre qu'elle s'évertuait à être était déstabilisant, mais à la fois tellement plus beau que nulle autre chose... comme quoi n'importe quel démon avait en faite un cœur. Tout aussi morbide pouvait elle être, au plus profond d'elle, de nous se cachaient des sentiments que nous nous évertuions à renier jusqu'à essayer même de les oublier ... seulement, comment ne pas espérer pouvoir jouer avec sa progéniture ? la voir grandir, s'épanouir, vivre une vie joyeuse où la notre n'avait été que pleurs et lamentations...

- je...dois la voir ... la ..v S'installa brusquement ce silence, nous fûmes de nous expulsées des ses souvenirs... dans un moment de faiblesse elle avait surement relâché la bride, vis-à-vis d'eux, seulement ... après avoir vu ceci, comment lui en vouloir ?
Notre esprit s'était assombri ... l'on percevait toujours les murmures de Milena, mais les sanglots de lily prenaient progressivement le dessus. Milidia restait dans la même optique que la mienne, une empathie profonde pour celle qui était notre corps principal et une compassion silencieuse à son égard, devant nous venait de s'ouvrir une porte, un chemin vers une utopie qui jamais ne nous aurait traversé l'esprit sans ces révélations, voir cette âme en peine sourire. Voire Milena rire d'une joie véritable pouvoir ne serait-ce que quelque instant noyer la haine dans son cœur avec des sentiments heureux... sentiments qui nous toucherais aussi puisqu'actuellement ce pincement au cœur, ce poids dans notre poitrine persistant encore et toujours n'étais là que le reflet son désarroi sans limites. Mettre un peu de baume sur cet organe meurtri nous permettrait-il de connaitre enfin la légèreté de la liberté ? Ressentirions-nous à nouveau, un véritable bonheur et l'amour inconditionnel d'un être aimé ... ? Après des années de larmes silencieuses, pareille opportunité ne pouvait être ignorée.

Qui plus est en tant que fille de déserteuse comment allaient-ils la traiter si jamais sa couverture tombait ? Nous ne pouvions décidément pas la laisser là bas ... notre rayon de soleil en un monde obscur courrait en territoire ennemi un danger trop important... seulement ... pouvais-je véritablement lui imposer la vie de déserteur ? Fuir, tuer, massacrer encore et encore jusqu'à se retrouver piéger dans la roue des massacres, vivant pour tuer ou être tué ... Nous venions seulement de comprendre pourquoi ce petit ange n'était point avec nous... mais maintenant que nous en connaissions l'existence... faire comme si de rien était serait tout bonnement une torture bien plus lancinante que le reste , au moins... il me fallait, non, il nous fallait la voire.

Mes sourcils se froncèrent dans la caravane qui s'était ébranlée en direction de konoha depuis quelque temps déjà, moins de deux jours s'étaient écoulés depuis que Milena nous avaient inconsciemment appris certains de ses secrets. Une capuche sur la tête, j'observais une autre cliente de la caravane donner le sein à son bébé, une frimousse calme et tranquille agrippée à sa mère enveloppée dans des couvertures blanches et celle-ci contemplant sa progéniture avec plus d'intérêt qu'un bijoutier le ferait s'il avait trouvé un diamant de la taille de son armoire.
Quelque peut distraite, je les observai jusqu'à ce que le convoi s'arrête brusquement en pleine forêt, des aboiements et plusieurs voix me firent comprendre la raison de cet arrêt. Une équipe de konojin en reconnaissance devait avoir arrêté le véhicule pour une inspection de routine. De tous les jours où ils grillaient ses inspections pour cause de flemmardises ou incompétence, il fallait que ce soit aujourd'hui qu'ils se décident à faire le travail. Je portai la main à ma taille et y trouvai là un de mes katana, j'étais sur le point de le dégainer lorsque mes yeux retombèrent sur cette mère et son nouveau-né. les sourcils froncés je les observai un instant,


[ A Few minutes later... ]


Amai Doku by Psycho-Pass on Grooveshark


Les gens avaient beau me connaitre moi et ma renommée, mais encore et encore sans cesse et espérant toujours parvenir à réaliser l'impossible, ils m'attaquaient, se jetant dans les bras d'une mort certaine. Debout au milieu de la clairière où nous avions été arrêtés jadis, mes yeux suivirent dans la boue les traces des roues des caravanes. En étant descendus pour leur laisser le temps de fuir avant que ne commencer les hostilités, leurs occupants étaient saints et saufs. Seulement, s'était loin d'être le cas pour les Inuzuka qui avaient tenté de me capturer, miroitant certainement une promotion quelconque...seuls quelques un avaient comprit alors que tombaient leur camarade un à un que cela ne restera qu'affabulation créée par leur subconscient, le rapport de force était trop écrasant, et ils s'en étaient rendu compte, préfèrent perdre la face à la vie.
C'était sous une pluie battante que le dernier d'entre eux s'écroula, libérant petit à petit ma lame de ses chaires où elle s'était enfoncée. Le visage de la jeune inuzuka en question s'était crispé de douleur et de stupéfaction ; elle n'avait pas eu le temps de comprendre ce qui lui était arrivé et ceci dépassait son entendement auquel cas cette expression perdue lisible sur son visage n'était que trop compréhensible. Plusieurs entailles sur tout le corps et une dernière attaquent qui pour elle comme certains élus n'avaient pas été fatals, cruels ? Peut-être... il était peut-être cruel de ma part de laisser ces agneaux égarés espérer pouvoir survivre, ceci dit... leur agonie était irrémédiable, une marche lente vers un déclin certain. Les yeux froncés, je levai les yeux au ciel d'où mère nature m'inondait une nouvelle fois de ses larmes comme pour partager ma peine. Mon regard se posa de nouveau sur eux l'espace d'un instant avant qu'il se reporte sur ma lame d'où s'égouttait le sang mêlé à l'eau des écluses des cieux. Je restai sur place un instant, les yeux fermés, cheveux collés sur ma nuque, descendant le long de mon armure dorée brillant toujours un pue plus à chaque nouveau coup de tonner. L'espace d'un instant, grignotée par la curiosité je désactivai le henge et remontai une des manches du corps de Milena pour y voir son histoire. Ses cicatrices... maintenant et seulement maintenant leurs significations commençais à avoir du sens, en voir une était douloureux, non pas pour le corps, mais pour l'esprit, un douloureux souvenir lui rappelant quand et comment lui avait été faite cette ouverture, mais aussi, et par-dessus tout la nature bestiale de l'humanité ; comment pouvait on volontairement s'infliger pareil supplice ?

Le ciel était actuellement celui qui par ses pleurs couvrait mes larmes tandis que je remontais un peu plus ladite manche, voyant de plus en plus clair en ce qu'était ma sœur. Ainsi, c'est armé d'une nouvelle résolution que j'entamai ma marche vers le village de la feuille, la clé qui nous libérerait de ces tourments sans fin s'y trouvait, selle la même qui pourrait lui faire effacer cette ardoise et nous orienter sur une voie nouvelle... Nous devons la voir... Je mis une jambe en avant lorsque se croisèrent enfin nos regards. J'étais sur le point de lancé un e pic au nouvel arrivant, mais me retint, ne serait-ce que pour analyser la situation. Les fuyards que j'avais laissé fuir devaient certainement être allé avertir les autorités compétentes, seulement d'après ce que je voyais, vu que cet homme ne portait pas de masque et n'était donc pas un anbu, aucune unité en soutien avec lui à première vue, e n'était donc pas un membre d'une équipe de jonin, et enfin cet âge visiblement avancé qui en disait long sur son expérience, ces cheveux grisâtre signe d'un stress conséquent tout au long de son existence et cette prestance... Hummm...

-Halte ! Saber Milena, vous avez pris la vie de soldats de Konoha, rendez-vous sur le champ afin d’expliquer vos actes. Dans le cas contraire, sachez que vous en paierez les conséquences. Dit l'homme en question dans sa robe noire, ne se préoccupant visiblement pas des l'eau sur ses lunettes démontrant donc une quasi-indépendance à celles-ci.

Heavy Violence by Naruto Soundtrack on Grooveshark


- allons bon maitre hokage... cessez de jouez les idiots... je suis sure et certaine que vous comme moi savez à quel point cette demande est inutile... Fis-je en regardant dans sa direction comme si je ne le voyais pas, toujours étant sou la forme de Milena, apparu en même temps que changea mon apparence pour revenir à la déité ayant balayée cette escouade du revers de la main, apparu dans ma main suivie d'un " pof " plus ou moins étouffé la mégami no tsurugi seule arme correspondant parfaitement à mon style, suffisamment longue et lourde pour garder ces nuisances hors de portée tout en me permettant de les éliminer comme il se devait. Et une dernière chose, je vous interdis de ne serait-ce que penser pouvoir de me donner des ordres ; même si vous semblez plus âgé, vous ne restez ni plus ni moins qu'un humain de plus dans ces méandres pestilentiels que forment vos agglomérations ! prononçai-je sans haussez le ton, mais d'un air détaché au possible, proche de l'absence, comme si démontrer de quelconques sentiment ou expression pour telle créature serait trop de considération. Aussi je vous conseillerais de me laisser passer... si jamais vous voulez profiter un jour de votre retraite... Terminais-je alors que ma tsurugi s'illuminait d'un nombre indéterminé de glyphes azurés créant presque instantanément une lame de chakra longue de plusieurs mètres.

Je tenais mon nodashi par la garde, en le tenant comme s'il était dans son fourreau c'est à dire en gardant la lame derrière moi, posée sur le sol alors que mon autre main restait sur la garde de mon Katana léger. Je m'accroupis lentement, baissant petit à petit mon centre de gravité gardant une attention particulière sur les mouvements du présumé kage de la feuille. Peut-être prenais-je trop de précautions pour le coup, mais risquer.


[NB : il y a une action cachée dans ce post]
[color=black]






























  • Nom de la technique : Yurei no Tsurugi
    Action : Majeure
    Description : [ la lame Fantôme ] Cette technique de fuuin reprend les caractéristiques du Hien, soit prolonger via le chakra l'arme que l'on à en main. Ce sceau une fois inscrit sur une arme recopie en partie sa forme avec le chakra et en prolonge la taille. Grâce à ce procédé, Milena peut ajouté 5 mètres à ses armes, évidement cela reste du chakra pur, donc n'a pas de poids, mais aussi moins de tranchant qu'une véritable lame, donc ne peut entailler des os, mais ça ne l'empêche pas de profondément lacérer la chaire de ses victimes.
    Le sceau a été renforcé de sorte à ce qu'il ne face pas qu'une seule lame longue de plusieurs mètres, lorsque la technique est utilisée pour donner une longueur maximale de 5 mètres, tout le sceau s'applique a lui donner une bonne longueur. Ceci dit lorsqu'il est limité à quatre mètres, le sceau modèle le chakra de Milena en une seconde lame entièrement faite de chakra à cinq centimètres de la première ; à trois une troisième fait son apparition, deux mètres, quatre lames, et le maximum restreignable un mètre, son arme se voit affublée d'une cinquième lame de chakra. Toutes 5 se voient affublées du même effet que la lame nique de chakra : " cela reste du chakra pur, donc n'a pas de poids, mais aussi moins de tranchant qu'une véritable lame, donc ne peut entailler des os, mais ça ne l'empêche pas de profondément lacérer la chaire de ses victimes ".

    ARMES UTILISEES

  • Nom de L’équipement: Shiro Yami
    Type : Katana Jumeaux Blanc
    Description : Une simple paire de Katana arborant tout deux exactement les même dimensions. Le fourreau de ces lames est fait d'ivoire poli et blanchit, pesant comme toute lame normale 800 Grame, cette paire d'armée élégante est bien souvent nourrie du sang que les Saber leur offrent souvent du a leur fréquence d'utilisation de ces armes.

    Spoiler:
     
  • Nom de L’équipement: Megami no Tsurugi
    Type : Epee / Lourde / Longue
    Description : Comme la Shinigami no Kama est quasi exclusivement l'arme de Milena, la Megami no tsurugi est une arme que se réserve exclusivement Arthuria, de base il s'agit d'un nodachi, un nodachi fait d'acier, seulement cette lame a une particularité de fabrication. Le mune de la lame, ou alors son dos, est recouvert d'une couche d'or courant sur tout le long de la lame la transformant en œuvre d'art parcourue de dessins tribaux semblant couler de son dos. Se plaquage d'or appliqué sur une arme déjà lourde ne fait qu'augmenter son poids, ainsi il n'est point là juste pour le plaisir des yeux, mais pour assurer des coups tous aussi violent les uns que les autres. Longue de presque deux mètres et demis, cette arme est certainement l'arme de poing disposant de la plus longue allonge de tous le répertoire des Saber.
    De base cette arme doit être utilisée à deux mains, ceci dit Arthuria n'est pas de cet avis ; Utiliser cette noble lame avec ses deux mains serait une véritable insulte. Faisant donc usage de la grande force physique dont elle dispose déjà, mais aussi au prix de bien des efforts et entrainement, Arthuria est à même d'utiliser cette arme avec une seule main. Seulement bien qu'elle soit capable de mouvement surprenant sa force reste insuffisante pour utiliser leur techniques liées à l'Iaido, de ce faite elle à trouvée un palliatif, le Megami no tsuyo-sa ; un sceau qui lui permet d'utiliser cette lame comme Milena le fait avec ses katanas, elle peut donc la manipuler comme s'il avait s'agit d'une vulgaire lame.

    Attention Grande Image
    Spoiler:
     





Récapitulatif des Actions




  • Action Majeure : Yurei no Tsurubi
  • Action Mineure 1 : Action cachée





Me MP en cas de problème






Revenir en haut Aller en bas
Junin de Kumo - Le prince de la Foudre

avatar
Junin de Kumo - Le prince de la Foudre


Messages : 78
Date d'inscription : 27/03/2014
Localisation : les montagnes de Kumo


Fiche Shinobi
Rang: S
Points Expériences:
0/2000  (0/2000)
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le sentiement d'une infinie puissance.   Mer 2 Avr - 1:08
















♣Le sentiment d'une infinie puissance♣

~Un souverain sage ne fait pas la guerre, mais qui veut la paix se doit de préparer la guerre~




La vie d'un shinobi ne peut être mesuré que par celui qui la vie, elle est insufflée de tristesse, de joie, de sacrifices...Mais surtout, d'espoir... La volonté de ne serait-ce, que caresser nos rêves, voir ces derniers prendre forme et vie. Il ne peut renier sa patrie, fidèle à celle-ci jusqu'à y perdre la vie, fière de celle-ci, quoiqu'elle lui fasse endurer. Il brandit les armes contre la menace qui la guette, et ne baisse pas l'échine, par amour. Son dernier soupire, il le voue à elle, cette terre qui l'a vu pleurer, rire et rêver, cette terre qu'il a aimé, celle qui le lui a insufflé... La volonté du feu. Le combat est un art barbare, il incite la collision de deux forces, il les oblige à s'entretuer afin qu'il puisse applaudir le ou la seul(e) encore debout. De la cruauté? Il en développe chaque jour, à chaque instant, afin de satisfaire son œil moqueur. Il se réjouit à la vue du sang, des cris de guerres, des pleurs des mères. Il est le lien entre le bien et le mal, il est cette passerelle qui établit l'équilibre entre l'existence et le néant, la vie et la mort. Aujourd'hui, sous les pleurs d'un ciel assombri par la colère, je devais faire face à un duel où pour une fois je ne suis pas sûr d'en être le vainqueur. Vous pouvez ressentir ce sentiment ? Celui qui vous dit de fuir plutôt que de combattre l'instant présent, la peur qui vous crispe et vous rétracte sur vous-même. Cependant, avais-je le choix ? Le choix de fuir, de courir loin de l'odeur peu envoutante de la mort, cette décision qui assurerait ma vitalité, mais quand est-il de celle de mes frères ? Passant ma manche à mes lunettes, en voyant la personne en face de moi, la réponse était claire comme la lune qui déchirait les nuages encombrant le sillage de ses rayons. Non, non, jamais je ne tournerais le dos à la menace, jamais je me cacherais derrière les autres fuyant les coups de lances. Je suis l'épée de mon village, le maitre de mon destin. Et si la personne en face de moi aujourd'hui se prend pour la créatrice de toute chose, et bien à la fin de ce combat elle jugera, elle commentera ma rage de protéger ce village... C'EST MON NINDO !

-Allons bon maitre hokage... cessez de jouez les idiots... je suis sure et certaine que vous comme moi savez à quel point cette demande est inutile...

-Et une dernière chose, je vous interdis de ne serait-ce que penser pouvoir de me donner des ordres ; même si vous semblez plus âgé, vous ne restez ni plus ni moins qu'un humain de plus dans ces méandres pestilentiels que forment vos agglomérations ! Dit-elle après avoir invoqué son épée dans un mini nuage de fumée.

-Aussi je vous conseillerais de me laisser passer... si jamais vous voulez profiter un jour de votre retraite...

Restant silencieux durant son discours, à sa dernière phrase je ne pouvais garder mes mots. Réajustant mes lunettes comma j'avais l'habitude de le faire avec mon majeure, j'abordais une voix grave et sérieuse que seul mes ennemis avaient l'habitude d'entendre."Vous raisonner n'est donc plus une possibilité, et votre démence ne cesse d'empirer. Pour ce qui est de passer ces frontières, ce ne sera point possible tant que je n'aurais pas trépassé !




L'envie de la raisonner recrachée par son esprit, plus qu'une seule solution ne pouvait être envisagée, le combat. Cet instant où nous nous observions, deux fauves sur une seule montagne. La pluie ajustant à cette scène le cliché des grands combats, il n'était pas donné aux premiers venu de résister au déversement de nos auras respectives, toutes les deux meurtrières, toutes les deux écrasantes... Le tonnerre affirmant sa colère sous des tracés bleutés et des grondements assourdissants. Ce combat, quel qu'en soit le vainqueur, allait rester dans les lèvres des historiens. Deux Kages allaient s'affronter, sans lésiner sur les moyens utilisés, sans s'essouffler, aucun d'eux n'allait tourner le dos à son ennemi, aucun d'eux n'avait en tête l'idée de trépasser. Son armure dorée la rendant déesse d'un monde illusoire, son monde. Une toison dorée, s'écoulant à l'image d'un ruisseau calme, la sérénité de sa chevelure n'était pas identique sur son visage. Une peau pure, des traits de guerrière, des yeux de chasseur. Son visage était le reflet du malin dans un miroir, elle sortit son arme, un nodaichi imposant. Le seigneur aurait-il cru que la femme qu'il a créée afin d'apaiser l'homme, allait devenir son ennemi ? L'avait il écrit dans le livre du destin ? La femme qui était jadis le fourreau de l'homme, calmant sa folie, était aujourd'hui elle aussi une lame à part entière. En elle je ne voyais pas l'innocence de la femme ou encore le jouet d'une nuit, elle n'était autre qu'une plaie qu'il fallait cautériser, cependant, une plaie à la hauteur de mes dons de soigneur. C'est sous les glyphes illuminés d'un bleu que je saisis sa première compétence. Sans aucun mudra, elle utilisa du Fuinjutsu, pouvais-je en attendre moins de la part d'un Mizukage ? Bien que mes questions sur Saber Milena étaient noyés dans les abysses les plus profondes, je savais que je ne pouvais pas la sous-estimé, ou encore une erreur plus fatale, me dénommer vainqueur du combat à l'avance. Voyant une troisième lame faite de ce qui semblait être du chakkra neutre s'ajuster aux deux autres, je compris très vite qu'il fallait que j'agisse.




Laissant une goutte d'eau qui glissait sur ma monture toucher le sol, je fis un saut en arrière de sorte à être à quelques mètres du sol, j'envoyais un kunai relié à une note explosive droit sur elle puis dans la fraction de seconde qui suivit j'enchaînais un mouvement circulaire de mon bras comme pour balayer une zone afin de donner naissance à une onde de vent. Pris de face elle serait repoussée et quelques peu entaillé, mais le but de mon offensive était surtout d'amplifier les dégâts qui seraient causés par mon kunai explosif. Elle avait abordé une garde qui ressemblait à la garde batto, l'épée rengainée et être positionné de sorte à avoir une dégaine extra sensible comme le veut le hiten Mitsurigi, ou encore de sorte à avoir un décollage rapide tel que l'exige le muso shinden ryu. Le kenjutsu est cet art de combattre qui permet de ressentir une ample sérénité durant un combat, zen et fière le kenjuka exprime sa rage dans des mouvements dédiés à trancher littéralement l'adversaire ou le transpercer. Il est le moins fougue et le moins traitre, il est franc et sans détour comme cette vague qui taponne les rocher en y laissant une petite mousse, sauf que dans le contexte du combat, la mousse est d'un rouge marquant. N'étant plus qu'à quelques mètres du sol, je me mis en garde afin d'être apte à parer toute éventualité de riposte. J'étais ce genre de personne qui aimait avoir un coup d'avance, un premier point dans leurs camps. Après tout le combat était une partie d'échec, prévoir deux, trois, ou quatre coups d'avance et l'un des périples vers la victoire. Alors, allais-je avoir l'honneur de voir mon assaut aboutir ? Voir l'explosion s'intensifier sous le contact de mon onde de vent ? Les premiers échanges de chakkra étaient faits, le combat était entamé et l'issu n'en était pas moins encore caché.


Action mineure : Lancé du Kunai.
Action Mineure : Onde de vent.
Action Mineure : Action cachée.

[NB : Il y a une action cachée dans ce poste]


Technique utilisée(s) :

¤Nom : Juha sho
Traduction : Paume de la Bête Déchirante
Action : Mineure
Description : D'un mouvement circulaire du bras, le ninja envoie une onde de vent qui peu repousser l’ennemi, le taillader ou le gêner dans ses mouvements.


×××××××××××××××

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le sentiement d'une infinie puissance.   Mer 2 Avr - 1:12



























Une Déception toujours plus profonde...





Le cycle de la vie et de la mort, perpétrant sans fin son cycle encore et encore, nul évènement ne saurait l'arrêter, nulle entrave ne saurait le retenir, se perpétrant de nouveau encore et encore dans une boucle sans fin. Finalement, cette " contamination " de l'esprit de Milena nee san n'avait pas été sans répercutions aucune. Petit à petit s'immisçait en nous sa manière de penser, tout comme petit à petit était perceptibles les raisons de sa haine sans limites, toute foi... nous laisser entrainer dans son rythme nous mènerait à notre perte, en ce sens seule Lily pourrait probablement nous sortir de cette situation ;pour tout dire, ces vermisseaux de konoha et leur parasite à quatre pattes étaient arrivés à point nommé, me permettant enfin d'évacuer ces ressentiments pesant de plus en plus lourd sur notre cœur, j'avais recouvré mes esprits et me rappelais de nouveau de qui j'étais . Non plus perdue dans les souvenirs de Milena, perdant progressivement mon identité face à ces images encombrant littéralement mon esprit. Je n'avais pas ressenti ce besoin immonde d'affranchir une soif de sang quelconque et avait put évincer de mon esprit ce besoin pressant d'entendre une douleur plus forte que la sienne... là était donc le poteau rose derrière ce rit sordide...
Une nouvelle part de sa personne s'était révélée à moi, mais je n'en restais pas moins moi même, Arthuria. La déesse au dessus de tout ceci, celle-là même qui depuis les cieux regarde les mortels périr sous les coups d'une Shinigami sadique noyée dans sa folie meurtrière. Je fronçai un peu plus les yeux lorsqu'il prit la parole, affermissant mes appuis et par la même occasion ma garde et ma position. Sous la tentions mes pupilles se dilatèrent quelque peu, cherchant certainement a mieux percevoir ce champ de bataille parsemé de corps alors que grondait avec rage mère Nature dans d'assourdissants coups de tonner. Ma force actuelle ne me permettait toujours pas d'utiliser ce nodachi comme il se devait, toute fois ça n'aurait su tardé. Trois secondes s'étaient coulées depuis qu'avait été activée la yurei no tsurugi, le nombre de lames parlait pour moi, il n'y avait aucunement besoin de faire un quelconque calcule.

Encore une fois, comme beaucoup avant lui et certainement tout autant après lui, le kage d'âge mure se décida à garder les " frontières de son village " prétextant par là qu'il serait le mur qui allait faire obstacle à ma marche. Un sourire amusé se dessina sur mes lèvres. C’était pour cette raison que j'aimais les humains... ces êtres sont et seront toujours aussi distrayants et négligents, mais par-dessus tout comiques. Ainsi donc une fourmi parmi tant d'autres, après avoir participé à quelques batailles et quelconques affrontements pensait être devenue une soldate d'exception osant se mesurer à moi... une divinité qui descendue sur terre pour mieux profiter du spectacle que m'offrait ses habitants. Peut être devrais-je lui laisser sa chance, celle de m'amuser d'avantage avec de nouvelles fadaises tout aussi aberrantes que l'idée saugrenue de ne serait-ce que me ralentir. C'est assez rapidement que s'effaçât ce sourire pour ne laisser place qu'à mon regard à mi-chemin entre l'inexpressif et le calme serin.
Il était maintenant temps de ramener cette fourmi à la raison, lui rappeler que ses exploits passés et toute sa bonne volonté n'étaient en réalité que des cache-oeil, s'épaississant un peu plus a chaque fois jusqu'a être suffisamment opaque pour affecter sa manière de raisonner. Je me devais maintenant de les lui retirer, non pas pour justifier quoi que ce soit, mais pour qu'elle s'incline devant les principautés de ce monde en l'occurrence le fossé nous séparant et son état d'insecte face a une déité.

Kuvera by E.S. Posthumus on Grooveshark


C'est donc l'hokage qui ouvrit les hostilités lorsqu'il comprit que me laisser me préparer était tout sauf une bonne idée, exécutant un rapide bon en arrière, celui-ci lança un kunai en ma direction avant de le faire suivre dans un mouvement circulaire par une onde de vent. Ceci dit, lors de son saut, certains des sceaux parcourant mon corps s'illuminèrent d'un rouge vif, signe de l'activation du Megami no tsuyosa, ceci entraînant cela, le long nodashi qui me servait d'arme me parut soudainement beaucoup plus légère, voir disposant d'un poids inexistant.
Dans le même temps j'analysais cette attaque au plus vite, un kunai... une technique fuuton le doute créé en cette fraction de seconde se vit être appuyé par la distinction d'une note volante derrière le papier. Notre homme nous ressortait l'un de nos bons vieux types de combo datant de l'époque où nous utilisions encore le ninjutsu. L'assaut aussi bien exécuté était-il comportait des erreurs que Milena ne san elle-même commettait par le passé. Utiliser un et un seul kunai en cette situation ne faisait que désigner quel était l'élément principal à écarter de ce mouvement. La seconde erreur résidait en le fait d'éparpiller cette technique fuuton. Réalisée avec peu de mudras ce ne pouvait être qu'une technique de faible calibre, mais au lieu d'en condenser la puissance n un point donné, il l'avait dispersée pour offrir un meilleur champ d'action a la note explosive sur son kunai... de ce fait, elle perdait de sa superbe et ledit combo de stabilité...

De ma main droite, je lâchai la garde immaculée du katana encore enfourné alors que je saisissais celle venant d'apparaitre d'un noir sombre, accompagnée du reste de sa lame dans son fourreau. D'un mouvement rapide je sortis le nouveau sabre d'alliage alourdi de son fourreau, dirigeai sa lame couleur de nuit vers l'arrière avant d'utiliser toute la puissance que j'étais capable de développer pour trancher le sol en direction de mon adversaire. La puissance initiale de la technique devait envoyer poussière et pierres sur l'ennemi pour contrer leur différent mouvement qu'importes étaient-ils, seulement ... en la situation actuelle celle-ci était passée a un tout autre niveau.
Se basant sur la force brute de son utilisateur cette technique venait actuellement de prendre une envergure plus offensive que simplement utilitaire, ainsi, ce n'ai pas quelques flaque de gadoue et de roches disparates que j'envoyai vers lui, mais une véritable pluie de terre mouillée avec les quelque pierre emportée dans le sillon de mon attaque.

La vague terrestre envoyer tel un croc fonçât à toute allure vers le kunai et la technique, les pierres et la terre mouillée constituèrent des projectiles suffisamment efficaces pour mettre en lambeaux le parchemin voletant derrière le kunai lancé, empêchant ainsi le sceau dessiner de rentrer en action et créer ladite explosion.
La technique de vent derrière quant à elle ayant déjà perdue de sa puissance de par l'expansion de sa zone initiale d'action ne put que laisser passer le croc terrestre que je venais de créer, lui-même fondant sur l'hokage avec son déluge de terre et de roche tel un animal affamé... Pendant que lui fonçait dessus cette attaque, je ne restai point bêtement inactive, exécutant rapidement la série de mudras nécessaire, je plaçai une main au sol derrière moi pour invoquer natsu. D'un Signe de tête, je lui indiquai les bois non loin derrière moi où il se précipita, connaissant la démarche à suivre en combattant avec moi. Prendre l'opposant en tenaille; il allait donc passer sous le couvert de la forêt pour faire le tour et rejoindre l'hokage par derrière tout en gardant un oeuil sur moi et ce qui m'entourais, se servant de son agilité naturelle et sa capacité a se déplacer silencieusement et rapidement, tel le prédateur qu'il était. Le bruit de son invocation couvert par la pluie et le grondement de la vague de terre, seule restait la fumée de la technique certes rapidement dissipée par la pluie, mais que je couvris par un autre jutsu occasionnant de la fumée. Shiro Yami ne m'étant présentement plus utiles avec l'arrivée de Mugen et Kyomu no ryu, je fis disparaitre les deux katana blanchâtre dans un faible panache de fumée rapidement dissipé par l'orage.
Je m'étais épargné sa technique, utilisant ma contremesure pour diviser en deux son offensive, mais les deux autres parties poursuivirent leur chemin, ramassant au passage les cadavres se mettant à rouler sur eux même et les quelques survivants que j'avais expressément laissés pour morts autour de moi. Ils réagirent à ce nouveau stimulus alors qu'ils tentaient déjà de survivre aux blessures que je leur avais infligées, leur corps déplacé alors qu'il était grièvement entaillé occasionna de nouvelles et terribles douleurs arrachant des cris a ces quelque survivants, tachant a nouveau de prendre leur souffle.

- Hummm... c'est donc de la sorte qu'a évoluée la volonté du feu... elle n'est plus de protéger coute que coute la vie de ses alliés, mais de viser la victoire à tout prix... Fis-je avec un air déçu et légèrement plaintif vis-à-vis des lamentations des infortunés survivants. Récupérer leurs corps pour leur offrirent de décentes funérailles ne semblent point faire partit de vos préoccupations, vu que vous étiez sur le point de faire exploser vos sujets ho-ka-ge sa-ma ... Finis-je toujours en garde, détachant distinctement chaque syllabes et utilisant le sama sur un ton purement sarcastique pour lui faire entre voire mon point de vu sur son grade et ses agissements. Finalement Konoha était restée la même, une nation déblatérant des aberrations sur la vie la volonté du feu et toute au forme illusoire d'auto satisfaction, mais il n'en était rien. Les catacombe de ce pays cachait tellement de cadavre que j'en étais même surprise que ses habitants ne succombes pas intoxiqué par l'odeur infect de ces cadavres en putréfaction. Fronçant le regard, je fit un pas... puis un autre vers lui, lentement mais surement, je me rapprochait pour écouter cette pseudo joute. Juste question très cher hokage ... est-ce de la sorte que vous avez pris le pouvoir a konoha ? Fis-je en marchant ostensiblement sur un des corps. en vous servent de vos villageois comme marche pied ? aussi anodin que cela ouvait parraitre... sa réponse m'importait quelque peu.


[NB : il y a une action cachée dans ce post]































  • Nom de la technique : Megami no tsuyo-sa
    Action : Mineur
    Description : Ce sceau permet à Saber de répandre du chakra dans son corps de sorte à stimuler les muscles de ce dernier. En somme il lui donne plus de puissance offensive, seulement le sceau n'est généralement pas utilisé à cet effet, mais plus pour lui permettre de manipuler son équipement généralement lourd comme s'il s'agissait de simple jouets. Malgré leur poids les rendant presque inutilisable par de tierces personnes, Saber est à même d'utiliser les techniques de son répertoire grâce à cette technique.
  • Nom de la technique : Kuchyose Nut's
    Action : Mineur
    Description : Nut's est un lionceau à l'air inoffensif, voir concrètement inoffensif ( du moins pour le moment ), assez petit, il a tout de même assez rapidement développé une crinière qui a une couleur ci claire qu'elle parait enflammée. Comme tout animal de son espèce, il à d'assez bon instincts pour la chasse et des sens développés a cet effet.


    Nom de la technique : Do Ryu sen(éclat du dragon terrestre)
    Action : Mineur
    Description : Général- Avec une force surhumaine, le kendoka entaille le sol avec son sabre. De la poussière et des pierres volent alors (comme un Dragon attaquant son ennemi). Cette technique est extrêmement pratique contre des ennemis hors norme (taille ou poids) ou pour contrer leur mouvements.
    Pour les plus érudits-On adopte la garde Batto et l’on effectue un gyaku kessai giri depuis le sol avec une force surhumaine. En effet la pratique de l’hiten mitsurugi demande une condition physique extrême et un bon jeu de jambe.

    ARMES UTILISEES

  • Nom de L’équipement: Mugen no Ryu & Kyomu no Ryu
    Type : Katana jumeaux
    Description : Le dragon de l’infini et celui du néant, respectivement Mugen no Ryu & Kyomu no Ryu. De particulier, elles n’ont pour le moment rien de spéciales, ce sont de simple katana qui toute fois son bien plus lourds que la normal, soit 5Kg au lieu des habituels 800 grammes ; cette différence de 4 kilos 200 donne à ces armes un pouvoir de pénétration supérieure à toute autre lames classique du même genre. Ce poids handicapant pour les autres utilisateurs de Kenjutsu en a fait abandonner plus d’un, mais dans le cas de Milena grâce à ses entraînements quotidiens avec ces lames devenues ses plus fidèles alliées, les manipuler est une partie de plaisir. Qui plus ai, rare sont ceux qui essaieraient de les lui voler, dans le sens où ce poids 5 fois supérieur à la normale empêche la majorité des kenjutsus user de les utiliser comme il se faut.
    A force de les utiliser pour des massacres, les gens ont fini par dire que cette lame noire qu’ils arborent tous deux à certainement le même éclat que l’âme de Milena. ( quelque part c’est pas faux )

    Attention Grande Image
    Spoiler:
     





Récapitulatif des Actions




  • Action Mineur : Megami no Tsuyosa
  • Action Mineur : Invocation Nut's
  • Action Mineure : Do Ryu sen





Me MP en cas de problème






Revenir en haut Aller en bas
Junin de Kumo - Le prince de la Foudre

avatar
Junin de Kumo - Le prince de la Foudre


Messages : 78
Date d'inscription : 27/03/2014
Localisation : les montagnes de Kumo


Fiche Shinobi
Rang: S
Points Expériences:
0/2000  (0/2000)
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le sentiement d'une infinie puissance.   Mer 2 Avr - 1:15
















♣Le sentiment d'une infinie puissance♣

~Un souverain sage ne fait pas la guerre, mais qui veut la paix se doit de préparer la guerre~




La vie d'un shinobi ne peut être mesuré que par celui qui la vie, elle est insufflée de tristesse, de joie, de sacrifices...Mais surtout, d'espoir... La volonté de ne serait-ce, que caresser nos rêves, voir ces derniers prendre forme et vie. Il ne peut renier sa patrie, fidèle à celle-ci jusqu'à y perdre la vie, fière de celle-ci, quoiqu'elle lui fasse endurer. Il brandit les armes contre la menace qui la guette, et ne baisse pas l'échine, par amour. Son dernier soupire, il le voue à elle, cette terre qui l'a vu pleurer, rire et rêver, cette terre qu'il a aimé, celle qui le lui a insufflé... La volonté du feu. Le combat est un art barbare, il incite la collision de deux forces, il les oblige à s'entretuer afin qu'il puisse applaudir le ou la seul(e) encore debout. De la cruauté? Il en développe chaque jour, à chaque instant, afin de satisfaire son œil moqueur. Il se réjouit à la vue du sang, des cris de guerres, des pleurs des mères. Il est le lien entre le bien et le mal, il est cette passerelle qui établit l'équilibre entre l'existence et le néant, la vie et la mort. Aujourd'hui, sous les pleurs d'un ciel assombri par la colère, je devais faire face à un duel où pour une fois je ne suis pas sûr d'en être le vainqueur. Vous pouvez ressentir ce sentiment ? Celui qui vous dit de fuir plutôt que de combattre l'instant présent, la peur qui vous crispe et vous rétracte sur vous-même. Cependant, avais-je le choix ? Le choix de fuir, de courir loin de l'odeur peu envoutante de la mort, cette décision qui assurerait ma vitalité, mais quand est-il de celle de mes frères ? Passant ma manche à mes lunettes, en voyant la personne en face de moi, la réponse était claire comme la lune qui déchirait les nuages encombrant le sillage de ses rayons. Non, non, jamais je ne tournerais le dos à la menace, jamais je me cacherais derrière les autres fuyant les coups de lances. Je suis l'épée de mon village, le maitre de mon destin. Et si la personne en face de moi aujourd'hui se prend pour la créatrice de toute chose, et bien à la fin de ce combat elle jugera, elle commentera ma rage de protéger ce village... C'EST MON NINDO !

-Allons bon maitre hokage... cessez de jouez les idiots... je suis sure et certaine que vous comme moi savez à quel point cette demande est inutile...

-Et une dernière chose, je vous interdis de ne serait-ce que penser pouvoir de me donner des ordres ; même si vous semblez plus âgé, vous ne restez ni plus ni moins qu'un humain de plus dans ces méandres pestilentiels que forment vos agglomérations ! Dit-elle après avoir invoqué son épée dans un mini nuage de fumée.

-Aussi je vous conseillerais de me laisser passer... si jamais vous voulez profiter un jour de votre retraite...

Restant silencieux durant son discours, à sa dernière phrase je ne pouvais garder mes mots. Réajustant mes lunettes comma j'avais l'habitude de le faire avec mon majeure, j'abordais une voix grave et sérieuse que seul mes ennemis avaient l'habitude d'entendre."Vous raisonner n'est donc plus une possibilité, et votre démence ne cesse d'empirer. Pour ce qui est de passer ces frontières, ce ne sera point possible tant que je n'aurais pas trépassé !




L'envie de la raisonner recrachée par son esprit, plus qu'une seule solution ne pouvait être envisagée, le combat. Cet instant où nous nous observions, deux fauves sur une seule montagne. La pluie ajustant à cette scène le cliché des grands combats, il n'était pas donné aux premiers venu de résister au déversement de nos auras respectives, toutes les deux meurtrières, toutes les deux écrasantes... Le tonnerre affirmant sa colère sous des tracés bleutés et des grondements assourdissants. Ce combat, quel qu'en soit le vainqueur, allait rester dans les lèvres des historiens. Deux Kages allaient s'affronter, sans lésiner sur les moyens utilisés, sans s'essouffler, aucun d'eux n'allait tourner le dos à son ennemi, aucun d'eux n'avait en tête l'idée de trépasser. Son armure dorée la rendant déesse d'un monde illusoire, son monde. Une toison dorée, s'écoulant à l'image d'un ruisseau calme, la sérénité de sa chevelure n'était pas identique sur son visage. Une peau pure, des traits de guerrière, des yeux de chasseur. Son visage était le reflet du malin dans un miroir, elle sortit son arme, un nodaichi imposant. Le seigneur aurait-il cru que la femme qu'il a créée afin d'apaiser l'homme, allait devenir son ennemi ? L'avait il écrit dans le livre du destin ? La femme qui était jadis le fourreau de l'homme, calmant sa folie, était aujourd'hui elle aussi une lame à part entière. En elle je ne voyais pas l'innocence de la femme ou encore le jouet d'une nuit, elle n'était autre qu'une plaie qu'il fallait cautériser, cependant, une plaie à la hauteur de mes dons de soigneur. C'est sous les glyphes illuminés d'un bleu que je saisis sa première compétence. Sans aucun mudra, elle utilisa du Fuinjutsu, pouvais-je en attendre moins de la part d'un Mizukage ? Bien que mes questions sur Saber Milena étaient noyés dans les abysses les plus profondes, je savais que je ne pouvais pas la sous-estimé, ou encore une erreur plus fatale, me dénommer vainqueur du combat à l'avance. Voyant une troisième lame faite de ce qui semblait être du chakkra neutre s'ajuster aux deux autres, je compris très vite qu'il fallait que j'agisse.




Laissant une goutte d'eau qui glissait sur ma monture toucher le sol, je fis un saut en arrière de sorte à être à quelques mètres du sol, j'envoyais un kunai relié à une note explosive droit sur elle puis dans la fraction de seconde qui suivit j'enchaînais un mouvement circulaire de mon bras comme pour balayer une zone afin de donner naissance à une onde de vent. Pris de face elle serait repoussée et quelques peu entaillé, mais le but de mon offensive était surtout d'amplifier les dégâts qui seraient causés par mon kunai explosif. Elle avait abordé une garde qui ressemblait à la garde batto, l'épée rengainée et être positionné de sorte à avoir une dégaine extra sensible comme le veut le hiten Mitsurigi, ou encore de sorte à avoir un décollage rapide tel que l'exige le muso shinden ryu. Le kenjutsu est cet art de combattre qui permet de ressentir une ample sérénité durant un combat, zen et fière le kenjuka exprime sa rage dans des mouvements dédiés à trancher littéralement l'adversaire ou le transpercer. Il est le moins fougue et le moins traitre, il est franc et sans détour comme cette vague qui taponne les rocher en y laissant une petite mousse, sauf que dans le contexte du combat, la mousse est d'un rouge marquant. N'étant plus qu'à quelques mètres du sol, je me mis en garde afin d'être apte à parer toute éventualité de riposte. J'étais ce genre de personne qui aimait avoir un coup d'avance, un premier point dans leurs camps. Après tout le combat était une partie d'échec, prévoir deux, trois, ou quatre coups d'avance et l'un des périples vers la victoire. Alors, allais-je avoir l'honneur de voir mon assaut aboutir ? Voir l'explosion s'intensifier sous le contact de mon onde de vent ? Les premiers échanges de chakkra étaient faits, le combat était entamé et l'issu n'en était pas moins encore caché.


Action mineure : Lancé du Kunai.
Action Mineure : Onde de vent.
Action Mineure : Action cachée.

[NB : Il y a une action cachée dans ce poste]


Technique utilisée(s) :

¤Nom : Juha sho
Traduction : Paume de la Bête Déchirante
Action : Mineure
Description : D'un mouvement circulaire du bras, le ninja envoie une onde de vent qui peu repousser l’ennemi, le taillader ou le gêner dans ses mouvements.


×××××××××××××××

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité

Invité



MessageSujet: Re: Le sentiement d'une infinie puissance.   Mer 2 Avr - 1:20



























Des fondations de chaire, de sang et de larmes...





Alors que dans un vacarme presqu'aussi assourdissant que l'orage la lame terrestre que j'avais engendrée filait à toute allure vers le kage, j'observai avec attention la réaction de celui-ci. Il réalisa rapidement quelques mudras pour finalement prendre appui sur un support inexistant. Je fronçai les sourcils devant cette aberration imaginaire lorsque je perçus la réaction des gouttes d'eau sur le support qu'il venait de créer. Des disques de vent... et précédemment cette attaque fuuton combinée à un explosif, pas de toute il s'agissait d'un pur produit de konoha, ce qui me laissait donc supposer que comme les plus part des konojin purs souche il avait le katon et probablement le doton aussi, ça collerait assez bien avec le profile que nous avait laissé le sandaime hokage ou même Asuma, sans compter les autres grandes figures du pays d'un Shinobi de la nation du feu sans Kekkei Genkai apparent. Ceci restait de l'ordre de la supposition quant à mes connaissances sur mon pays natal, mais à ne pas négliger pour autant, considérant ces hypothétiques infos, je pouvais plus ou moins supposer ce qui m'attendrait.
L'home fit quelque bond, grâce à cette technique ne semblant pas vraiment affecté par son manteau présentement lourd de l'eau dont nous inondait les cieux. Il reposa finalement pied à terre tandis que mon attaque précédente continuait sa course dans la forêt amochant sévèrement des arbres sur son passage.

C'est avec cet air toujours aussi inexpressif qu'il m'observait un moment, de ses yeux perdus entre le triste et l'impassible il me fixait derrière ses lunettes. J'y vis les reflets dorés de mon armure s'y refléter lors d'un coup de tonner suivant cette lumière bleutée déchirant le ciel, ses cheveux gris lui retombant sur le visage ne faisaient que le rendre encore plus grisonnant accablé par le temps sans pour autant être aussi vieux, mais plutôt pour avoir connu d'intenses moments de stress. Un court silence s'installa alors que nous nous jaugions jusqu'à ce qu'il finisse par le rompre, sa voix portant assez pour couvrir la pluie nous martelant depuis le début de cette rixe inutile. Oui, inutile, il ne s'était pas encore rendu compte que c’était un combat qu'il ne pouvait gagner. Cet homme ne faisait que se débattre avec des forces qui lui étaient de loin supérieures, ayant certainement l'intime conviction que j'étais un cas comme un autre qu'à sa guise il pouvait gérer et bientôt peut être le comprendra-t-il, bientôt sans doute ouvrira-il les yeux sur son impuissance face a ma personne... mais il serait sans l'ombre d'un doute trop tard car tel un bourreau divin j'abattrais sur lui une guillotine lumineuse, tranchant les ombres qu'il représente.
En attendant, je dois avouer que c'est avec une pointe de curiosité que j'attendais son avis de dirigeant sur la protection de ses subordonnés. Ne serait-ce que pour avoir une idée de l'être régnant sur konoha et la créature m'étant finalement la plus chère en ce monde. Tomber des cieux ? Perdre ma divine essence ? Être trainée dans la boue ? Tout ceci m'importait finalement bien peu par rapport à ce qui pouvait lui arriver et ses conditions de vie... c’était pour dire le point auquel cette histoire me tenait à cœur.

Sa première phrase prit le bon chemin, exprimant le fait que le choix nous revenait à nous... les ombres derrière le pays sensé le soutenir sans en perdre un morceau. Seulement... Il tenta de m'expliquer d'une manière qu'il trouvait probablement logique que le sacrifice d'une poignée pour en sauver un grand nombre était nécessaires, profitant par la même de son discourt que j'avais écouté yeux clos, pour me plonger dans un genjutsu agissant certainement sur les vibrations sonores. Plus progressait-il dans son explication que je jugeais erronée, plus grandissait en moi de la peine, voir une profonde tristesse en vers ce comportement finalement plat et sans aucune once de véritable humanité, mais plus la froideur des armes que formaient les villages ; arme appelée shinobis.

Lala's Lullaby by Wada Kaoru on Grooveshark


Je retrouvai dans cette réponse, le décalque exact de ce qu'avait été l'histoire de mère, envoyée en mission suicide, exploitée jusqu'à la moelle avant d'être finalement abandonné pour " le bien du peuple ". Rien n'avait changé... depuis mon départ konoha était resté cette nation dénuée de cœur, prête à abandonner les siens en prétextant qu'il s'agissait du bien de la nation pour ensuite mieux marcher sur leurs cadavres se fichant même de leur offrir une décente sépulture ne serait ce que pour que ne soit pas oublier leurs actes, fait et geste pour cette même nation qu'ils on protégés au péril de leur vie pour finir par être jetés aux ordures comme des pommes véreuses. Chacun de ses mots me semblait être un poids de plus en plus lourd pesant un peu plus sur mon cœur ravivant des souvenirs que Milena avait tentée d'enfouir dans le plus profond de son être. Je nous vîmes en train de trimer, les mains en sang, blessées et écorchées, les ongles brisés et nos yeux littéralement secs, les globes oculaires enfoncés profondément dans un orbite semblant pour le coup trop grand pour eux. La raison de tout ceci ? Rien de plus que toute les larmes versée durant la nuit blanche que nous avions passé à creuser cette tombe, nous remémorant en cet instant le sourire que plus jamais nous ne percevrions, celui d'une mère aimante dont l'esprit à finit par lâché, suite à des mois de torture enduré pour le bien de konoha, appuyé par le rejet de ses proches konojin sur le fait des rumeurs ayant été rependues comme quoi elle avait échouée à une mission capitale pour le pays et était tombée aux mains de l'ennemi, sans oublié comment ces même konojin et ces mêmes dirigeants avait pris sa grosse.. Ma naissance... je n'avais pas demandé la vie, n'avait pas demander à naitre sous ces conditions, mais finalement à cause de ces knojin qui l'on traité comme la dernière des trainées, lorsque moi qui lui ai apporté un dernier rayon de soleil ai été obligée de la quitter pour rejoindre le camp de ses seconds tortionnaires elle avait mis fin à ses jours... pour un peuple ingrat...

Les dents serrées ci fort que des commissures de mes lèvres s'échappait un léger filé de sang presqu'aussitôt dilué par l'eau, intérieurement je remerciais dame nature de nous arroser de cette averse actuelle providentielle, car derrière cette eau je pouvais aisément cacher mes larmes. Statut divin ou pas, hautain ou pas, je n'en restais pas moi sujet à des sentiments, sentiments qui fonctions de leur intensité faisait de moi ce que j'était présentement, non pas une dirigeant rêche et méchant, mais une mère pour ma patrie, une personne que les enfants pouvaient voir comme un modèle véritable, un être en qui mes villageois auraient pu confier déposer leur vie du e en la confiance que celle-ci reflétait vis-à-vis du fait de toujours faire de son mieux pour ramener les leurs et eux même à la maison saint et sauf. C'était cette image que je reflétais et celle que je me faisais d'un roi, reine ou divinité en charge d'un peuple quel qu'il soit. Encore une fois un humain me l'avais fait comprendre, ces créatures étaient égoïstes voir cruelles, pouvant se permettre d'utiliser leur cadavre comme un pont pour aller de l'avant, préférant la solution facile de les abandonner derrière plutôt que de chercher à les aider et progresser par la même occasion. Qu'était-ce donc en temps de guerres ? Certainement ce qu'il venait lui même de dire, des bataillons entiers pourraient être sacrifiés avec cette même mentalité... leur but à tout pris, les dommages collatéraux pouvant être simplement ignorés tant qu'était atteint leur objectif premier.

- Kawai so ...( ça fais pitié ) Lançais-je dans ce qui aurait pu être un murmure s'il n'avait pas été assez fort pour que ma voix lui parvienne malgré l'orage grondant. Oui j'éprouvais une profonde pitié pour ce village qui était resté stagnant dans son évolution diplomatique. Le conseil de konoha avais beau avoir été dissous comme certain le disaient, leur influence, manière de penser et diriger n'en restait pas moins imprégnée dans le centre de névralgique du village.

C’était leurs dirigeants qui allaient les mener à leurs pertes, des dirigeants prenant leurs enfants pour les emmener au combat, ne leur promettant pas un retour saint et sauf, mais plutôt qu'ils mourront en servant leur nation. Fronçant légèrement les sourcils.
Je réagis en le voyant lever le bras, Tsurugi disparu de ma main dans un " pof " couvert par les flots se fracassant au sol. Quand naissait la fumée de son fumigène, mes mains étaient déjà pleines de lots de kunais, sortis de sceaux sur mon corps. Parmi eux, deux dans chaque main se voyaient être garni d'une note explosive enroulée autour de la garde, à raison de 5 Kunais par mains. Aussitôt apparus, aussitôt me quittaient-ils lancé en direction de la nappe fumante d'où s'extirpai plusieurs exemplaires du dit kage. Toute fois ils étaient encore bien trop loin pour pouvoir stopper mes jets. Ce de ma main droite lancés directement dans la fumée qui me faisait écran, mais marchais finalement dans les deux sens en lui faisant aussi écorant. Ceux de la main gauche eux dirigée vers le haut pour faire un arc de cercle et atterrir dans la forêt ou Nut's précédemment invoqué avait eu le temps de préparer les nuages hautement explosifs qu'il était ci habile à créer.



En un éclair, alors que partaient les kunais, les deux mains se joignirent avec la célérité du au grade que je possédais, créant rapidement les signes alors que s'approchaient les copies à grande vitesse de cet homme. Encore quelque mètre pour qu'ils soient à porté d'attaques lorsque ma bouche s'ouvrit pour finalement jouer au même jeu que notre adversaire du jour.

- Il paraitrait que vous avez fait dissoudre le conseil et qu'à votre nomination vous promettiez changement et amélioration pour konoha, mais de ce que je vois, rien à changé... comme les dirigeants de konoha gakure qui on suivit le règne du nanadaime hokage, vous êtes un de ceux qui se permettent de laisser derrière ce que vous estimer comme des poids sans même prendre considération de ce qui pourrait ou non leur arriver à eux comme à leurs proches. Ne serait-ce que vous préoccuper de ceux qui sont tombés et de ceux qui respirent encore n'a jamais traversé votre esprit, car derrière ce mur que vous appeler règles du Shinobis, vous vous êtes ci profondément enfoncé dans cette ligne de conduite que ne pouvez vous rendre compte que leur mort ne vous fait ni chaud ni froid, sinon dans cette optique des plus simples vous auriez pu faire la simple requête de déplacer notre combat loin des blessés et corps, en espérant même un seul instant que le kage que nous avons été aurait compris cela...
Mais non, votre première réaction fut une attaque de masse pour balayer tout, corps et survivant, tentant par la même de m'atteindre avec une technique visant clairement à tester mes capacités en gardant le gros de vos forces pour agir fonction de mes réactions. En plus de me sous-estimer vous venez de nous montrer ce que vous êtes hokage... une créature qui s'est enfoncée dans le monde de ce stéréotype qu'est le mot shinobi à tel point que voir mourir vos sujets ne fait que vous faire dire que c'est pour atteindre un but... vous n'êtes pas un kage, vous êtes un dictateur vivant en ne jurant que par les règles dont notre monde pourrit vous à emplis le cerveau... je ne peux pas laisser une vous laisser au pouvoir... sinon vous transmettre ces manières plus que discutables à la génération à venir, je ne peux permettre cela... votre existence doit cesser ici et maintenant !


Mes yeux rouge rubis scrutant la fumée se dissipant, constatèrent le faite que les clones bougeaient encore malgré le genjutu destiné à les immobiliser, j'en déduis donc qu'il s'agissait de l'effet qu'était sensé créer son illusion, des clones sans aucun doute destiner à me perturber sur un long moment vu leur constitution illusoire. Sans laisser de pause dans le son de ma voix lorsque j'achevai mon contre plaidoyer, j'ouvris de nouveau la bouche pour cette fois-ci entamer le requiem sonnant le glas de ce succès en tant que machine à tuer, mais de cet échec en tant qu'humain et dirigeant.

Damien: Omen II: Runaway Train by Jerry Goldsmith on Grooveshark


Chaque mot de ce chant parvenait à me calmer ajouté à ceci la pluie me permettait de mieux refaire surface quant au fait de mettre laisser emporter par mes sentiments. Le rythme lent de ma voix avait pour habitude de perturber mes auditeurs lors de ce chant sinistre, véritable bannissement du monde des vivants pour plonger la cible dans un état léthargique le temps de celui-ci, perturbant ses sens pour lui faire croire en l'entente de plusieurs sons [ HRP : ceci est purement RP, ça n'a aucune incidence sur le combat, juste pour justifier le faite que ce soit tout un orchestre qui joue et que seule la voix d'Arthuria est à même de le reproduire ] Je repris lentement le contrôle surmoi même pour finalement me concentrer sur le genjutsu qui dans tous les cas n'aurait pas le temps de finir l'explosion devant se produire d'un instant à l'autre. Je ne devais plus me laisser distraire par pareilles choses... les humains n'étaient que pour une e tune seule chose être dirigés... leur donner du pouvoir créait ce genre de situations ambigües.


[NB : il y a une action cachée dans ce post]
[color=black]






























  • ¤ Nom : Mugen Onsa
    Action : Moyenne
    Effet : Break Kai+Psychée(1)
    Description : Des fils partant du plafond tombent alors, et attachent la victime, l'empêchant ainsi de se débattre(immobilisation). Le ninja se retrouve dans un monde, où plusieurs squelettes et ossements jonchent le sol. Peu après, la peau de la victime commence à fondre, laissant ainsi ses os apparents. Tout cela provoquera donc des troubles psychologiques intenses à la cible du Genjutsu. La condition pour cette technique, c'est que l'adversaire entende le son de votre voix en continu (ou de la musique). Ce son est le catalyseur pour la technique. La technique se canalise.



Récapitulatif des Actions




  • Action Moyenne Mugen Onsa
  • Action cachée Mineur jet de kunais ( certains étant doté de notes explosives enroulées à la garde )
  • Action cachée .






Me MP en cas de problème




Revenir en haut Aller en bas
Junin de Kumo - Le prince de la Foudre

avatar
Junin de Kumo - Le prince de la Foudre


Messages : 78
Date d'inscription : 27/03/2014
Localisation : les montagnes de Kumo


Fiche Shinobi
Rang: S
Points Expériences:
0/2000  (0/2000)
Réputation:
0/0  (0/0)

MessageSujet: Re: Le sentiement d'une infinie puissance.   Mer 2 Avr - 1:27
















♣Le sentiment d'une infinie puissance♣

~Un souverain sage ne fait pas la guerre, mais qui veut la paix se doit de préparer la guerre~




J' avais durant ma nomination dissous le conseil de Konoha, cela s'était ébruité même au delà de nos frontières. Cet acte parut comme un signe de changement et il le fut. l'annihilation du conseil m'offrit la possibilité de diriger mon village sans aucune restriction, j'avais bien conscience que mon changement ne serait pas radicale et selon le plan que j'avais en tête. Je pensais m'être débarrassé de ma froideur, de ce qui me rendait membre de la racine mais non. Peu à peu je me rendais compte que je me détournait du chemin de l'amour pour entreprendre celui du Shinobi. Je voulais avant toute chose changer le programme de scolarité afin de le rendre plus ferme sans pour autant être apathique. Nous étions en temps de paix certes mais il fallait militarisé le village d'avantage, je fis alors lancer un décret annonçant le recrutement de l'anbu, ainsi tous les junnin du village prirent plusieurs mois de stage afin d'améliorer leurs capacités. La racine qui fut dissoute reprenait peu à peu son envergure sous mon commandement, il était impossible de négliger ce que la racine pouvait offrir, des combattants fidèle et sans âmes, ne possédant ni passé ni futur leur seul but est la mission à laquelle ils sont affiliés. Ce genre de shinobi sont les fondations qui peuvent faire perdurer la paix du village, car si l'arbre luxuriant offre une beauté à l’œil, la racine elle permet à cette arbre de survivre et de garantir sa longévité.

Mes clones foncèrent sur la Mizukage pour me donner le temps d'utiliser ma technique de camouflage, j'allais entrer sous terre afin d'observer mon ennemi et essayer d'en apprendre d'avantage sur son style de combat. Le Shinobi est avant tout un atout de discrétion, il s'arme avant tout de sa capacité d'observation et d'adaptation. J'étais de cette classe de combattant qui n'utilise jamais de puissante technique au début du combat, suivant l'enseignement de la racine j'usais toujours de technique de dissimulation et de camouflage afin de noter mon ennemi et avoir une idée de sa puissance. Pour l’instant je savais de la Mizukage qu'elle possédait une excellente doigté dans le Kenjutsu et son fuinjutsu ne faisait qu'affermir son rang. Cependant, comparé aux autres Mizukage elle n'utilise pas de suiton, ou du moins elle n'en a pas eu recours. Si elle utilisait cette affinité elle avait un certain avantage sur moi qui était d'affinité katon. Qui plus est, son rang lui permettait surement comme moi de bénéficier de plusieurs affinités grâce à de longues années d'entrainement... Me fondant doucement dans la roche, je vis traverser mon nuage des kunai qui avait surement pour but gêner une quelconque action cachée, la situation était quelque peu alarmante car les kunai me visaient assez rapidement et le temps d'imaginer une quelconque parade j'aurais été planté de tout part. C'est alors que j'utilisais un atout caché que j'avais préparé pour plus tard cependant la Mizukage avait fait preuve d'une excellente stratégie qui m'avait mit en difficulté. J'avais en arrivant sur le lieu de combat créé un clone pour le laisser en retrait afin de l'utiliser pour une attaque au vu de son affinité pour le katon. C'est alors que j'usais d'une technique de substitution, mon clone se fit alors transpercer par des kunai quand sans en comprendre le pourquoi du comment une explosion d'une imposante envergure avait totalement submerger le terrain de combat. La substitution m'avait permis d'échapper à cela, je continuais de sauter de branches en branches pour échapper les quelques débris qui naquirent de l'explosion. De plus mon clone s'était dissipé en créant ma technique la plus subtile, Saber Milena a surement vu s'il elle ne s'était pas immunisé contre mon genjutsu une vingtaine de hiboux foncer droit sur elle aillant pour devoir de perturber sa vision, le tout accouplé à mes clones de brume qui utilisèrent l'effet de surprise des volatiles pour se lancer su la Mizukage.

Je ne pouvais que saluer son lancer de Kunai qui put assurer ma vivacité, si j'étais resté dans les parages il était clair que j'aurai été totalement détruit. En soit ce que je prenais pour un malus a put me sauver la vie, je n'étais pas à des kilomètres de l'explosion, mais à une distance assez convenable pour échapper les dégâts de celle-ci. En un instant elle avait fait apparaitre une telle capacité de destruction, peut être était-elle d'affinité katon, peut être avait-elle depuis le début dispersé dans les airs un gaz sensible à la chaleur. Ce qui découlait de cette première confrontation était que la Mizukage ne pouvait pas être sous estimé. Si mon attaque fut elle aussi fructueuse, je lui avais fait plus de mal que elle m'en avait fait... De quelques sauts je repris la route vers la Mizukage en m'arrêtant sur un arbre me rendant visible pour la belle blonde, me préparant à exécuter une série de signes.


♣ Première et deuxième action cachée dévoilée : Le clone et le camouflage sous terrain.

♣ Action moyenne : Substitution "Defuragou Fukurou"

♣ Genjutsu "Kasumi Jusha" encore actif.




Technique(s) Utilisée(s):
 

×××××××××××××××

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le sentiement d'une infinie puissance.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le sentiement d'une infinie puissance.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Un touriste dans l'infinie galaxie
» Livin' la vida loca [Apollo] HOT.
» Gaylord Berkley
» LES JEUNES CAPOIS VEULENT LA DESTITUTION DU PARLEMENT POURQUI POURQUOI COMMENT ?
» Seul contre une armée infinie : Atios contre les anges .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Naruto Genesis :: HORS RPG - DETENTE :: Tournoi HRP-